Accéder au contenu principal

La carotte et le bâton

L’idée que développe Jérôme Leroy dans son dernier papier à propos de France Télécom peut se résumer comme suit : France Télécom a été privatisée ; la direction ne s’intéresse désormais plus qu’aux profits ; pour ce faire, elle cherche à se débarrasser de ses salariés et n’hésite pas à les pousser au suicide ; la preuve est donc faite que le libéralisme est une « idéologie mortifère ». Fermez le ban.

On ne reviendra pas ici sur la méthode qui consiste à annoncer un nombre de suicide que l’on présente comme absolument terrifiant en omettant soigneusement de le mettre en rapport de la population concernée – les salariés de France Télécom – pour que personne ne se rende compte qu’il est en réalité inférieur à la moyenne nationale. C’est un fait en principe assez bien établit, il est inutile d’en remettre une couche et ce, d’autant plus que ces mêmes personnages qui tenaient minutieusement le décompte des suicides dans la presse vous accuseront d’être un monstre sans cœur qui ne s’intéresse qu’aux chiffres. Passons donc.

Il serait ridicule de nier le manque total d’humanité avec lequel la direction de France Télécom a mis en œuvre la réduction de ses effectifs. On ne saura peut être jamais si la volonté de la direction du groupe était de pousser ses salariés au départ en leur infligeant des conditions de travail insupportables ; toujours est-il que si tel avait était son objectif, elle n’aurait pas agit autrement. On sait avec un degré de certitude tout à fait raisonnable qu’un certain nombre de ces salariés qui ont mis fin à leurs jours l’ont fait pour des motifs exclusivement professionnels et directement liés à la réorganisation en cours. Didier Lombard est il coupable ? Ce n’est certainement pas à moi d’en juger et je me garderai bien de le faire. Laissons, comme on dit, la justice faire son travail.

En revanche, sur la culpabilité du libéralisme dans cette affaire, j’ai deux ou trois commentaires à faire. Vous avez eu la version du procureur, laissez-moi donc faire l’avocat.

Primo, si la direction de France Télécom a cherché à réduire sa masse salariale depuis 2003, c’est principalement pour deux raisons : la première, c’est qu’elle était notoirement pléthorique ; la seconde, c’est que Thierry Breton héritait des errements de son prédécesseur [1] qui, ayant participé plus qu’activement à la fameuse bulle internet, avait endetté France Télécom à hauteur de 70 milliards d’euros. Lorsque l’État nomme monsieur Breton à la tête du groupe, ce dernier tentera de sauver les meubles avec son fameux plan des « trois quinze » qui inclura, notamment, 15 milliards d’euros d’économies – notamment sur la masse salariale du groupe. Il n’était donc pas tant question de réaliser de gigantesques profits mais plutôt d’éviter que le groupe disparaisse.

Deuxio, il est peut être utile de rappeler que France Télécom, à l’époque des faits comme aujourd’hui, est dirigée par l’État. Au 31 décembre dernier, directement ou via le Fonds Stratégique d’Investissement, l’État détenait 27,1% des droits de vote et aucun autre actionnaire n’en possédait plus de 5%. En d’autres termes, à moins qu’une myriade de petits porteurs ne s’unisse pour contester ses choix, c’est bel et bien l’État qui décide. C’est lui qui a nommé Michel Bon, Thierry Breton, Didier Lombard et, plus récemment, Stéphane Richard [2] comme il y a parachuté Christine Albanel quand elle eut fini de nuire dans son ministère. Il est donc inutile de chercher un obscur magnat de la finance pour l’accuser de la débâcle financière ou de la gestion calamiteuse des ressources humaines : le patron c’était l’État, le garant de l’intérêt général, l’investisseur visionnaire, l’employeur présumé idéal parce que, précisément, il se fiche éperdument de réaliser des profits.

Tertio, si la méthode qui consiste à harceler un salarié pour le pousser à partir de lui-même s’avère avoir été employée sciemment, je dois avouer que je n’en serais pas étonné outre mesure. La raison en est fort simple et elle découle de mon point précédent : c’est une méthode largement usitée dans nos administrations, entreprises publiques et, d’une manière générale, partout où les salariés sont protégés d’un éventuel licenciement par leur statuts. Dans une entreprise privée et dans un monde libéral, un employé qui ne donne plus satisfaction, on le licencie ; comme on ne peut pas licencier un fonctionnaire, on procède autrement. Si vous cherchez des salariés dépressifs, qui ne savent pourquoi ils travaillent et qui souffrent d’un management à la limite de l’inhumain : allez donc faire un tour dans nos administrations et autres entreprises publiques.

C’est toute l’ironie de cette affaire : alors que l’Éducation Nationale et la Police Nationale affichent des taux de suicides nettement supérieurs à ceux de France Télécom, on nous explique que ce sont le capitalisme, la course au profit et la rapacité des actionnaires qui poussent les salariés à commettre l’irréparable. Je ne compte plus ceux de mes amis qui travaillent pour l’État et se plaignent en permanence d’une perte totale de sens, d’une hiérarchie fuyante et incapable de prendre la moindre décision, de petits chefs hargneux qui les prennent en grippe pour des raisons incompréhensibles ou de collaborateurs démotivés qui passent leurs journée à en attendre la fin. Pour nous autres, qui avons fait nos carrières dans le privé, c’est proprement inimaginable ; nous en avons tous vu de belles mais à ce point, rarement.

Les méthodes de management de France Télécom sont finalement une illustration parfaite de la différence qui existe entre un monde libéral et un monde socialiste dès lors qu’il s’agit de faire avancer les hommes : dans le premier, on utilise la carotte ; dans le second, on ne connait que le bâton.

---
[1] Il est question ici de Michel Bon, énarque et inspecteur des finances, qui, en matière de gabegie et d’investissement hasardeux n’avait pas grand-chose à envier à Jean-Marie Messier, également énarque et inspecteur des finances.
[2] Énarque, inspecteur des finances et ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde.

Commentaires

  1. Et je rajouterais un 4ème point: dans un pays libre, si mon boulot me déprime au point de me faire penser à commettre l'irréparable, je démissionne.

    Mais pas en République Démocratique, Citoyenne, Festive, Solidaire et Éco-consciente de France: ici, l'étatisme a tellement fait de ravages dans l'économie qu'il est excessivement difficile de trouver du travail, notamment lorsque l'on vient du public ou du "presque-public" ou lorsque l'on a passé un certain âge.

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Oui ;)
      Je signais jusqu'à présent en tant qu'anonyme, car je n'avais pas vu qu'on pouvait choisir "Nom/URL", mais d'habitude je signe "Mateo".

      Supprimer
  3. Snif, je voulais écrire quasiment la même chose que le premier anonyme...

    Comment un adulte qui a passé sa vie chez FT imagine le monde extérieur pour en arriver là ?!

    Le monde extérieur doit lui apparaître drôlement sombre :(

    RépondreSupprimer
  4. "comme on ne peut pas licencier un fonctionnaire, on procède autrement" Dites-vous.

    Mis à part le fait que l'on peut "licencier" un fonctionnaire, voilà donc ce que l'on pourrait entendre dans les prétoires si je vous lis bien :

    - Pourquoi de tels actes ?
    - Ben c'est la faute à la liberté qu'elle est pas libre M'sieur l'Juge.
    - C'est un peu comme avec mon camarade de cellule (pas syndicale Jorge, pas d'panique, c'est under control) M'sieur l'Juge ; si j'y ai taper d'ssus c'est la faute que la porte elle est fermée, pi qu'on peut pas s'évader librement aussi...

    Je confirme Jorge, si l'on pouvait licencier Ad nutum, peut-être y aurait-il moins de harcèlement. Mais voilà, il y a le Code du travail... et pour licencier, il faut une cause réelle et sérieuse.

    Et puis quel beau final, sur l'homme heureux et debout, courant bien gentiment derrière une carotte...

    Permettez-moi d'éviter et le bâton et la carotte.

    Encore bravo GK. Tout simplement superbe !

    RépondreSupprimer
  5. JL égal à lui-même.
    Nous avons eu nous aussi notre suicidé FT, il y a moins d'un an. Le gars, à moins de 6 mois de la retraite était désespéré parce qu'il n'avait pu former lui-même son successeur et qu'ainsi, d'après lui, l'entreprise se mettait en grave difficulté. Au secours

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le salaire minimum à 15 dollars de Seattle

En général, la (fonction de densité de la) distribution des salaires ressemble à quelque chose comme ça : C’est-à-dire que relativement peu de gens touchent des salaires très bas (à gauche de la distribution), la plupart perçoivent un salaire proche du salaire médian (au milieu) et, plus on monte dans l’échelle des rémunérations (vers la droite), plus ça devient rare. Sur un graphique de ce type, le P.-D.G. d'une société du CAC 40 ou un joueur international de football se promènent à quelques dizaines de centimètres à droite de votre écran mais ces cas sont si exceptionnels que le trait bleu est invisible à l’œil nu.Le point MinW indique le niveau du salaire minimum légal. À gauche de ce point, en rouge, vous trouvez toutes les personnes dont le travail vaut moins que le salaire minimum. Typiquement, ce sont des gens peu qualifiés, peu expérimentés et même souvent les deux. C’est-à-dire qu’étant donné le niveau du salaire minimum, ces gens-là sont tout simplement inemployables. C&#…

Un garçon qui n’a jamais eu de métier

Jean-Luc Mélenchon fait ses premières armes en politique à Lons-le-Saunier, en mai 1968. À cette époque il n’est que lycéen — en première littéraire — mais c’est lui, racontent ses anciens camarades de classe, qui va importer les évènements parisiens dans son Jura d’adoption. C’est lors de cette première expérience politique qu’il va réaliser son indiscutable talent d’orateur et se familiariser avec la pensée d’extrême gauche et notamment Karl Marx qui devient son livre de chevet en terminale. Il passe son bac en 1969 et s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Besançon pour y étudier la philosophie.Sitôt inscrit, le jeune Mélenchon se rapproche de l’UNEF et déserte les amphis pour se consacrer au militantisme. Il parviendra quand même à obtenir sa licence en 1972 mais ne poussera pas ses études plus loin : la même année, il rentre formellement en politique en rejoignant l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI), une organisation trotskyste de tendance lambertiste…