Pensée unique chez Marianne

À la question : « de quel candidat vous sentez-vous le plus proche ? », voici ce que répondent les journalistes de Marianne :

Ce qui nous fait donc 8 journalistes sur 10 qui se sentent plus près de la gauche que du reste ; dont un bonne moitié qui vote à l’extrême gauche. Nicolas Dupon-Aignan, François Bayrou et les préférences non-exprimées se partagent les 2 journalistes restants.

3 commentaires:

  1. Il est intéressant d'avoir de petites données numériques, même si, la France n'aimant pas trop ce genre d'enquêtes, surtout avec des précisions, on est encore loin des études conduites aux Etats-Unis, qui montrent, et cela de façon concordantes, que, dans les médias et dans l'université, on se trouve globalement en présence d'un biais "liberal" (de gauche) tellement massif que, même quand on s'y attend, on est stupéfait de son ampleur. Il existe des rédactions, des départements universitaires, dans lesquels pas une seule personne ne vote Républicain. J'ai fourni quelques références sur le blog La Lime, de Franck Boizard.

    Un homme de gauche raisonnable doit s'inquiéter d'une telle situation, qui est profondément malsaine. Au surplus, elle cache peut-être une unanimité de façade, sans conviction profonde. Pour prendre les choses par le petit bout de la lorgnette, il doit aussi se dire que ça n'est pas très drôle d'être de gauche, puisque c'est l'indice du conformisme le plus encroûté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, un homme de gauche raisonnable DEVRAIT s'inquiéter.

      Enfin, votre analyse indique aussi que les gens de gauche sont parfaitement à l'aise dans la dictature de la majorité à laquelle ils appartiennent, ce qui est proprement plus qu'inquiétant.

      Supprimer
  2. Vous pourriez tout de même saluer le soucis de trasnparence du journal (j en'en connais pas beaucoup d'autres qui jouent aussi franc jeu).

    RépondreSupprimer

Monty Hall sans maths

Règle du jeu : on va vous proposer 3 enveloppes dont deux sont vides et une contient un billet de €100. Dans un deuxième temps, l’organisate...