Accéder au contenu principal

La rigueur tue !

Imaginons un instant que vous soyez keynésien et que, comme tout bon keynésien, vous souteniez l’idée selon laquelle, en cette période de crise, nous devrions nous en tenir au bon vieux policy mix qui consiste à (i) faire tourner la planche à billet et (ii) augmenter la dépense publique quitte à accroître le déficit budgétaire. Bref, à poursuivre le genre le politiques que nous appliquons depuis – au bas mot – 40 ans.

Évidemment, les temps ne sont pas faciles. D’une part, l’expérience récente – notamment aux États-Unis – n’est pas particulièrement probante. D’autre part, le principe selon lequel « si ça ne fonctionne pas, c’est qu’on en a pas assez fait » a de plus en plus de mal à convaincre. Enfin, un certain nombre de pays européens, il est vrai au pied du mur, ont décidé de changer leur fusil d’épaule et préfèrent désormais des politiques de réduction de la dépense publique – la fameuse « rigueur ». Il vous faut donc, plus que jamais, un argument massue, une « idée-obus » de calibre Montebourgueste pour gagner, une fois encore, les faveurs de l’opinion publique ou, au moins, de l’opinion publiée.

Petite leçon de militantisme illustrée.

Article #1. quand la raison et le bon sens s’obstinent à vous donner tort, il faut faire appel aux sentiments. Et là, il est peu de sujet qui véhicule autant de charge émotionnelle que la description de ceux de nos contemporains qui, victimes sacrificielle de l’ignoble rigueur, décident de mettre fin à leurs jours – les « vagues de suicides » chez France Télécom ou chez Foxconn en étant deux illustrations récentes. Dans le même esprit, cet article du New York Times [1] daté du 14 avril 2012, nous apprend qu’« en Grèce, le taux de suicide des hommes a augmenté de plus de 24% entre 2007 et 2009 d’après les statistiques du gouvernement. En Irlande, durant la même période, les suicides des hommes ont augmenté de plus de 16%. En Italie, les suicides motivés par des difficultés économiques ont augmenté de 52 pourcent, à 187 en 2010 – l’année la plus récente pour laquelle les statistiques sont disponibles – contre 123 en 2005. » Bien entendu, c’est une conséquence de la crise mais surtout, nous assure t’on, c’est à cause de la rigueur.

Article #2. Les chiffres c’est froid et à trop les utiliser, on risque non seulement de tendre le bâton pour se faire battre (on y revient) mais surtout de donner le sentiment au lecteur qu’on se fiche comme d’une guigne du malheureux sort de ces pauvres gens. Il faut donc illustrer le fait par quelques exemples bien choisis comme celui d’Antonio ou de Giovanni et ne pas oublier, comme le fait si bien l’inénarrable Paul Krugman [2] dès le lendemain, de rappeler que c’est votre cœur qui parle alors que les tenants de la rigueur, de toute évidence, son déterminer à pousser le continent entier au suicide.

Article #3. Mais revenons tout de même aux chiffres. Il est une règle efficace qui permet, sans effort, de transformer une petite variation de taux en une véritable catastrophe : elle consiste simplement à l’exprimer en pourcentage de croissance. Par exemple, pour la Grèce, si je vous dis que le taux de suicide des hommes a augmenté de « plus de 24% » entre 2007 et 2009, voilà un chiffre qui marque l’imagination ! Avec un peu de chance, certains d’entre nous penseront même que le taux est passé de – mettons – 5% à 25,9%... un malentendu est si vite arrivé. En revanche, si je vous dis que le taux de suicide des mâles grecs est passé de 4,3 pour 100 000 en 2007 à 5,2 pcm en 2009 (i.e. 0,0052%) [3], c’est tout de suite moins impressionnant. Si j’ajoute, que ce taux se trouve être – et de loin – le plus faible de l’Union Européenne et que, la même année, il atteignait plus de 23 pcm en France, il y a fort à parier que l’argument porte moins bien.

Article #4. Le choix du point de départ est très important : dans l’exemple grec, 2007 présente un double avantage : c’est effectivement le début de la crise des subprimes mais c’est aussi, après 2002, l’année où le taux de suicide des hommes grecs a été le plus faible dans la décennie 1999-2009. Les auteurs de l’article auraient choisi 2006 et son taux de 5,1 suicides pour 100 000 hommes, que l’explosion n’aurait été que de 2%. La même conclusion s’impose pour l’Irlande où le taux passe de 17 pcm en 2006 à 16,1 pcm en 2007 avant de remonter à 18,6 pcm en 2009. Ainsi, si l’on se donne la peine d’y regarder de plus près, on conclura que le taux de suicide des irlandais comme des grecs est globalement stable sur la décennie et que le pic que l’on observe ces deux dernières années n’a, malheureusement, pas grand-chose d’étonnant en période de crise. Mais évidemment, c’est moins vendeur.

Article #5. Il faut aussi savoir adapter l’instrument mesures en fonction des circonstances. Par exemple, dans le papier qui nous intéresse, le cas italien : vous avez sans doute observé qu’il n’est plus question du taux de suicide au sein de la population mâle mais du nombre de suicide réputés être « motivés par des difficultés économiques » sur l’ensemble de la population. En l’espèce, il semble que ce chiffre ait explosé de 52% en passant de 123 cas en 2005 à 187 cas en 2010 – ce qui, rapporté à la population italienne, représente un taux de 0,2 pour 100 000 habitant en 2005 et de 0,3 pcm en 2010. Mais, me direz-vous, pourquoi ne pas tout simplement utiliser la même mesure que pour les grecs et les irlandais ? Eh bien c’est fort simple : parce que le taux de suicide des italiens passe de 8,4 pcm en 2007 à 8,8 pcm en 2009 ; soit une augmentation de 4,8%.

Article #6. Il est essentiel de sélectionner habilement ces exemples. Lorsqu’on vous parle de la crise souveraine et des horribles politiques de rigueur que nous imposent nos « élites mondialisées inféodées au capital apatride », vous pensez non seulement à la Grèce, à l’Irlande et à l’Italie mais aussi au Portugal et à l’Espagne n’est-ce pas ? Vous me voyez venir ! Eh oui, de 2007 à 2009, le taux de suicide des hommes portugais et espagnol augmente de 8,1% et 7,3% respectivement – c'est-à-dire moins qu’en Suède (+8,6%) sachant que les taux de 2009 sont de 10,3 pour 100 000 en Espagne, de 13,4 pcm eu Portugal et de – attention les yeux – 17,7 pcm en Suède.

Article #7. Enfin, et c’est peut être le plus important, il convient d’opérer discrètement à quelques discrets sophismes pour transformer une évidence – la récente hausse du nombre de passage à l’acte est lié à la crise – en une affirmation fallacieuse – c’est la rigueur qui pousse les gens au suicide. Il suffit, pour ce faire, de l’affirmer sans le démontrer et d’éviter soigneusement de parler des contre-exemples les plus évidents : typiquement, le cas des champions toute catégorie de la dépense publique qui ne comptent manifestement pas s’en arrêter là – j’ai nommé les danois – qui, malgré leur État-providence que l’univers entier leur envie, se sont suicidé 16,2% fois plus en 2009 qu’en 2007.

Et voilà comment, en une petite phrase et trois chiffres, celui qui parle d’autorité va réussir à faire croire au monde entier que les politiques de « rigueur » mises en œuvres chez certains de nos voisins sont en train de déclencher une énorme vague de suicides. Ces quelques mots, il faudra des heures d’explication et des bataillons de chiffres pour tenter de démontrer qu’il ne relève de rien d’autre que de la propagande ; il faudra expliquer que ce drame humain qu’est le suicide est infiniment plus complexe qu’une simple réponse à la politique budgétaire d’un État ; qu’on se suicide plus au nord que dans le sud ; qu’on est plus pressé dans finir quand on est vieux et malade que quand on est jeune et en bonne santé ; que bien au-delà des difficultés financières et de la charge de travail, c’est souvent la perte de sens et le sentiment de n’être qu’un rouage négligeable d’un appareil inhumain qui poussent nos semblables à commettre l’irréparable [4].

Le mal est fait. Les démagogues et les manipulateurs, non content de ce livrer là à une odieuse récupération des malheurs des gens, malheurs dont ils sont pour l’essentiels responsables, ont certainement réussit à convaincre nombre d’entre nous que la rigueur tue, que c’est une stratégie criminelle et même – si ça ce trouve – que c’est précisément l’intention des quelques gouvernements qui ont eut le courage de choisir cette option. Je gage que nos candidats aux présidentielles vont rapidement récupérer l’information et s’en servir sans modération pour nous vendre encore un peu plus de ce qui n’a jamais marché ; « en politique, disait Talleyrand, ce qui est cru devient plus important que ce qui est vrai. »

En attendant, les gens souffrent et, pire encore, ils ne savent pas pourquoi.

---
[1] Elisabetta Povoledo et Doreen Carvajal, Increasingly in Europe, Suicides ‘by Economic Crisis’ dans le New York Times du 14 avril 2012.
[2] Paul Krugman, Europe’s Economic Suicide dans le New York Times du 15 avril 2012.
[3] Eurostat, Décès dus au suicide, par sexe, taux de mortalité standardisé pour 100 000 habitants.
[4] On rappellera, à ce titre, que les deux entreprises dans lesquelles on se suicide le plus en France sont – dans l’ordre – l’Éducation Nationale et la Police Nationale ; ravages du capitalisme ?

Commentaires

  1. On a là un classique. Ici
    http://jech.bmj.com/content/57/8/560.full
    Agerbo rappelle que la liaison entre chômage et suicide avait déjà été présentée il y a plus d'un siècle dans le grand classique de suicidologie, Le Suicide d'Emile Durkheim (1897), par l'intermédiaire de l'isolement fragilisant, créant de l'"anomie". Voir :
    http://agora-2.org/thematiques/mort/edition.nsf/Documents/Crise_financiere_et_suicide
    J'ai chez moi quelque part la thèse anti-durkheimienne du sociologue Jean Baechler, Les Suiicides, publiée en 1978, mais je ne me souviens plus du détail du contenu.

    En 2008, le Huffington Post avait tiré la sonnette d'alarme sur la crise actuelle, ou du moins sa phase initiale :
    http://www.huffingtonpost.com/2008/10/14/financial-crisis-suicide_n_134453.html

    L'article du New York Times accumule les cas anecdotiques, comme cela se comprend chez les journalistes. Il renvoie toutefois à une étude de Stuckler et al. [5 auteurs] publiée dans The Lancet (9 juillet 2011), disponible en ligne. Le point à noter, c'est que cet article renvoie à un autre article des mêmes (25 juillet 2009), qui, lui, n'est pas intégralement disponible, mais dont les résultats figurent dans le résumé en ligne. Or cet article antérieur se fondait sur une masse de séries longues, puisqu'il examinait les données de 26 pays de l'UE entre 1970 et 2007, pour détecter les corrélations [nota bene] entre le chômage et la mortalité, et l'influence des dépenses publiques sur ces liaisons. A noter que, vu l'angle d'attaque, les deux articles n'étudient les suicides que chez les sujets de moins de 65 ans.
    http://www.lancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736%2811%2961079-9/fulltext
    http://www.lancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(09)61124-7/fulltext

    Voir aussi la présentation style Powerpoint ici (34 pages), avec données au-delà de l'UE (comme ce n'est pas un article savant, les auteurs se lâchent avec un petit saupoudrage politiquement orienté, voir la caricature) :
    http://ec.europa.eu/health/mental_health/docs/ev_20091210_co11_en.pdf

    Dans l'article de 2011, les auteurs observent que si les suicides sont liés au chômage, en revanche les accidents d'automobile diminuent, ce qui fait que, en Espagne et en Irlande, le nombre d'organes prélevables sur les tués pour des transplantations a chuté. Un commentateur fait observer sur un blog que, en Espagne, des changements dans la pénalisation des mauvais conducteurs peuvent expliquer cette chute des accidents. Un autre commentateur exprime une opinion dans le même sens en ce qui concerne l'Irlande.
    http://neuroskeptic.blogspot.fr/2011/10/recession-and-death.html

    RépondreSupprimer
  2. Une autre étude de The Lancet (Kentikelenis et al., 22 octobre 2011, avec intersection du groupe des auteurs avec le groupe des auteurs des deux études ci-dessus)
    http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(11)61556-0/fulltext
    concerne la seule Grèce, pour laquelle est peint un tableau véritablement sinistre : montée du taux d'infection au HIV, augmentation des vols, de la prostitution, de la violence, des homicides, des suicides. Mais moins d'alcoolisme et de conduite en état d'ivresse.

    Toujours dans The Lancet, une note de Caan (10 octobre 2009) fait observer, à propos de Stuckler et al. 2009 que la montée de l'alcoolisme doit être regardée de près.
    http://www.lancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(09)61787-6/fulltext
    Toujours dans The Lancet, il y a un article de Lundin & Hemmingsson sur le chômage et le suicide, mais il n'est pas disponible librement en ligne.
    http://www.lancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(09)61202-2/fulltext
    L'essentiel du contenu serait : "In an accompanying editorial, Andreas Lundin, PhD, and Tomas Hemmingsson, PhD, of the Karolinska Institute, said that when the "social security system is less extensive, unemployment is a more probable mediator between mental illness and suicide."" d'après
    http://www.medpagetoday.com/Psychiatry/GeneralPsychiatry/14997

    Par ailleurs, il existe une autre étude de Landin et al. (2009) portant sur la seule Suède, qui a attiré un commentaire d'Agerbo ici, selon lequel le chômage a pour effet de fragiliser des individus à risque, à savoir des personnes présentant préalablement des troubles mentaux :
    http://jech.bmj.com/content/early/2009/03/15/jech.2008.079269/reply
    Pour le suicide, les facteurs peuvent être divers, et Agerbo recommande la prudence devant le "problème épineux" de la relation chômage / suicide.

    Mais comme cette affaire est décidément assez complexe, Agerbo et al. ont un article (2001) où il apparaît que, au Danemark, sur certaines données, le risque de suicide chez les patients admis à l'hôpital pour une maladie mentale sont en relation inverse avec le niveau du revenu. Suit un Commentaire de Guinnell, où ce dernier se gratte la tête. La détermination du poids des différents facteurs qui déclenchent un suicide n'est décidément pas une tâche facile.

    RépondreSupprimer
  3. Je crois surtout que ce qui tue les Grecs, les Italiens ou les Irlandais (et bientôt les Français) c'est la disparition de l'État-nounou qui laisse ses poussins sans protections face aux dures contingences de la vie et à tous les risques à affronter.

    RépondreSupprimer
  4. Alain Briens21/04/2012 18:12

    Georges Kaplan, belle démonstration d'imposture. Encore la manipulation est assez sophistiquée car basée sur des chiffres réels.
    Une autre manipulation fréquente dans le milieu du militantisme est l'usage de chiffres par essence invérifiables, et que l'on a pas le droit de discuter pour des questions de morale. Par exemple le nombre de viols par an en France, soit 4 400 en 2011 selon les statistiques officielles du ministère de l'intérieur.
    Chaque 8 mars, date de la soi-disant "journée de la femme", des militantes féministes nous donnent leur propre statistique sur le viol en France, avec une inflation annuelle à rendre jaloux le Zimbabwe : de 40 000 par an, chiffre le plus entendu en 2010, nous sommes en effet passés cette année à 75 000 "au moins".
    Cet écart de 1 à 17 par rapport aux statistiques officielle est justifié par le fait que seule 1 femme sur 10 (en 2010) ose porter plainte pour viol, phénomène qui, on le voit, s'est sensiblement aggravé en 2011. Chercher à savoir d'où viennent ces chiffres est naturellement mission impossible et attirera sur vous les foudres militantes et des tombereaux de moraline. Les femmes ne portent pas plainte car les viols sont en majorité commis au sein de leur foyer (il faut dire que selon Clémentine Autin une femme qui se donne à son mari alors qu'elle n'a pas réellement envie d'une relation sexuelle est déjà une victime de viol...ça aide à comprendre l'inflation !) et la précarité économique des femmes les dissuadent de porter plainte, sans compter que les flics ne sont bien entendu que des ignobles brutes machistes avinées qui se moquent des femmes où minimisent systématiquement les faits.
    Discuter un tant soit peu ces assertions suffit à vous faire directement classer dans la catégorie infâmante des machistes, ou des réacs, voire des fachos, ce qui est l'étiquette la plus lourde à porter (après "libéral" bien sûr). Donc personne ne les discute et le terrorisme militantiste gagne comme toujours.
    Dans la même veine, j'ai entendu il y a une quinzaine de jours sur France Info une militante d'association en recherche de prébendes (pléonasme) expliquer qu'il y avait urgence à agir contre la faim dans le monde qui, disait elle, tuait "20 000 enfants chaque jour". Le journaliste, peu soucieux d'apparaitre indifférent à une telle détresse ne se permit bien sûr pas de lui demander d'où elle sortait ce chiffre...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…

Comment j’ai déprogrammé l’obsolescence

C’est arrivé ce matin. Notre lave-vaisselle familial, que nous avions programmé pour tourner la nuit dernière, n’avait pas fonctionné. Mon épouse, étonnée par cette inhabituelle défaillance, a essayé de le relancer : rien à faire, le bestiau ne fonctionnait plus. Dépités, nous convînmes donc, ma dulcinée et moi-même, qu’il était temps de lui trouver un remplaçant. Cette fois ci, nous disions nous pas plus tard que ce matin, nous n’achèterons pas la première camelote venue à 300 euros : rendez-vous fût pris en début de soirée pour faire l’acquisition d’une bête de course qui, nous l’espérions, durerait vingt ans, comme celle de belle-maman.Dans les entrailles de la bêteMais la journée avançant, cette histoire ne sortait pas de ma tête. Le lave-vaisselle en question, nous l’avions tout de même acheté il y a à peine plus de trois ans : ce n’est pas Dieu possible que ce machin, même s’il ne nous avait objectivement pas coûté grand-chose, nous lâche aussi vite. Si ça se trouve, me disais-j…