Accéder au contenu principal

Le dernier message de Malesherbes

J’ai beaucoup dit, ici et ailleurs, l’immense admiration que je nourris pour Turgot, homme aux qualités morales et intellectuelles incontestables dont je tiens qu’il fut un des premiers véritables précurseurs de l’école autrichienne d’économie. Mais on ne peut raconter Turgot sans citer son ami, son compagnon de route et son alter ego : Chrétien-Guillaume de Lamoignon de Malesherbes, dit Malesherbes.

Turgot et Malesherbes ont formé un duo, probablement un des plus remarquables de l’histoire de France, qui fut largement salué et soutenus, par tout ce que Paris comptait d’esprits éclairés. Ils étaient les candidats des Lumières, ceux dont tous espéraient les plus grandes réalisations, les seuls qui auraient pu nous éviter le bain de sang révolutionnaire. « Jamais, non jamais, écrivait Julie de Lespinasse [1] dès l’annonce de leur nomination, deux hommes plus vertueux, plus désintéressés, plus actifs, n’ont été réunis et animés plus fortement d’un intérêt plus grand et plus élevé. » Turgot et Malesherbes faisaient partie de ce petit cercle d’immenses penseurs qui, de Thomas Jefferson à Voltaire en passant par Adam Smith, se connaissaient, se reconnaissaient et méritent plus que tout autres le titre de pères du libéralisme.

Il y aurait beaucoup à dire sur l’œuvre et l’action de Malesherbes mais l’histoire officielle d’État nous ayant fait la grâce de ne pas trop écorner son souvenir, je voudrais me concentrer sur les évènements des derniers mois de sa vie car ils nous disent, je crois, bien des choses sur ceux qui, aujourd’hui encore, vouent un culte à ses assassins. Je cède donc la plume à Tyrtée Tastet, dans son Histoire des quarante fauteuils de l’Académie Française depuis la fondation jusqu’à nos jours (1855, tome troisième, page 486 et suivantes).

« À peine si les premiers éclats de la tourmente révolutionnaire avaient pu troubler le calme de cette retraite du sage et vertueux Malesherbes, à peine si l’émigration avait marqué du vide dans le petit cercle de gens de bien qui composaient sa société intime. Cependant on lui apprend tout à coup que Louis XVI, arrêté à Varennes, est ramené prisonnier à Paris ; que son procès va s’instruire. Alors, il se hâte d’écrire au président de la Convention cette lettre dont le texte a mérité de passer à la postérité :

« Paris, le 11 décembre 1792
« J’ignore si la Convention nationale donnera à Louis XVI un conseil pour le défendre, et si elle lui en laissera le choix. Dans ce cas là je désire que Louis XVI sache que, s’il me choisit pour cette fonction, je suis prêt à m’y dévouer… J’ai été appelé deux fois au conseil de celui qui fût mon maître, dans le temps que cette fonction était ambitionnée par tout le monde ; je lui dois le même service, lorsque c’est une fonction que bien des gens trouvent dangereuse. »

« Vains effort, courage inutile. Louis XVI monta sur l’échafaud, et Malesherbes se perdit entièrement dans l’esprit de ses bourreaux. Dans les premiers jours de décembre 1793, trois membres du comité révolutionnaire de Paris vinrent enlever sa fille aînée [2] et son genre le président Rosambo [3]. Il resta seul avec ses petits enfants. On supposa un instant que son âge et ses vertus le feraient respecter : il n’en fût rien, et, dès le lendemain, ce fut à son tour à suivre sa fille, avec ses enfants, malgré les pleurs et les protestations des habitants de Malesherbes, qui demandaient tous à être garants de son innocence. Enfermé dans les prisons de Port-Libre, l’excellent homme conserva jusqu’à sa dernière heure sa manière accoutumée, sa gaieté ordinaire, parlant avec tranquillité du sort qui l’attendait, et se livrant, rapporte Boissy d’Anglas, sans trouble à de lumineuses discussions sur des points de politique et de morale, qui avait fait si souvent le charme de ses amis. « Je suis devenu mauvais sujet sur la fin de mes jours, disait-il gaiement à ceux qui se pressaient en grand nombre autour de lui, et je me suis fait mettre en prison. » Déjà son gendre l’avait précédé là où tant de nobles victimes étaient tombées : ce fut son tour à les suivre avec sa fille, sa petite-fille et le jeune époux [4] de celle-ci, le frère de l’auteur du Génie du Christianisme. Il entendit son arrêt sans effroi et regarda la mort avec calme et sérénité, sans que cette gaieté douce et spirituelle, qui avait fait le charme de sa vie, l’abandonnât un moment.

« C’était le 22 avril 1794. En sortant de prison pour monter dans la sinistre charrette, son pied heurte une pierre et lui fait faire un faux pas : « Voilà, dit-il en souriant tristement, voilà un mauvais présage ; à ma place un Romain serait rentré. » Sa fille puisait du courage dans ses regards ; ce fut alors que, s’adressant à Mlle de Sombreuil [5], qui avait sauvé la vie de son père le 2 septembre, elle lui dit : « Vous avez eu la gloire de sauver votre père ; j’ai du moins la consolation de mourir avec le mien. » Elle mourut la première. Malesherbes la suivit d’un pas assuré et reçut la mort comme un homme familiarisé avec les grandes et belles doctrines de la religion chrétienne. « Ainsi, dit Boissy d’Anglas, ainsi finit de servir sa patrie, en même temps qu’il cessa de vivre, l’un des hommes les plus dignes de l’estime et de ma vénération de ses contemporains et de l’avenir ; on peut dire qu’il honora l’espèce humaine pas ses hautes et constantes vertus, en même temps qu’il la fit aimer par le charme de son caractère. Personne n’offrit plus réellement que lui l’idée du bon et du juste, et ne se livra plus entièrement à ce qui lui semblait être bien. Tel est l’homme dont les temps anciens n’offrent rien de plus glorieux que la mort, et les temps modernes rien de plus honorable que la vie. »

Coupons là. Tyrtée Tastet ne précise pas si Aline, 23 ans, et son mari Jean-Baptiste, 35 ans, ont été exécutés avant ou après leur mère et belle-mère. Il semble, en revanche, établit que Malesherbes, l’immense Malesherbes, celui là même s’était battu bec et ongles pour abolir les lettres de cachet, ait du souffrir ce qu’aucun père n’aurait jamais du avoir à supporter : voir mourir son enfant et sa petite fille sous les coups de fous sanguinaires.

Avril 1794. Les lois de ventôse viennent de renforcer les pouvoirs du sinistre Comité de salut public et la Grande Terreur n’est plus très loin. Une bande de morveux exaltés – le plus jeune, Saint Just, n’a que 26 ans et la moyenne d’âge n’atteint pas 30 ans – s’apprête à exercer une dictature de fait et à plonger la France dans un véritable bain de sang qui n’a pas grand-chose à envier aux purges staliniennes.

Le Comité de salut public. On pensait avoir épuisé toutes les références exécrables de notre histoire mais il restait celle là : le Comité de salut public, sa Grande Terreur et son « déblayage » des prisons : 1 285 condamnations à mort en 47 jours sans autre forme de procès. La toute-puissance étatique dont ont toujours rêvé les pires criminels qui ont ensanglanté notre humanité ; la tyrannie et le meurtre légal élevé en mode de gouvernement ; le tout enveloppé dans la certitude fanatique d’avoir raison, de faire le bien, d’incarner le bien.

Ils ont tué Malesherbes mais ils ont aussi tué sa fille, son beau-fils, sa petite-fille de 23 ans et son jeune mari ; ils les ont tué juste parce qu’ils faisaient partie de sa famille. « Tout ce qui se passe est horrible, disait le même Saint-Just, mais nécessaire. » Les sévérités nécessaires du Comité de salut public n’avaient rien à envier à celles des nazis ou des khmers rouges ; elles portent les mêmes stigmates de haine sourde et aveugle. La haine, comme l’écrivait si bien Ernesto « Che » Guevara, le boucher de la Cabaña, « la haine comme élément de la lutte, une haine implacable pour l'ennemi qui pousse l’homme au-delà de ses limites naturelles et qui le transforme en machine à tuer efficace, violente, sélective et froide. [6] »

Voilà ce que nous avons appris ; voilà le message que Malesherbes et tant d’autres nous ont légué, le message qu’ils ont écrit de leur propre sang et que nous, leurs héritiers, nous n’oublierons jamais : les « socialistes révolutionnaires » ne sont pas des doux rêveurs ; se sont des bêtes sanguinaires fanatiques qui ne sont mues par rien d’autre que la haine.

---
[1] Julie de Lespinasse, Lettre à Jacques-Antoine-Hippolyte de Guibert (6 juillet 1775).
[2] Antoinette Thérèse Marguerite de Lamoignon de Malesherbes (38 ans lors de son exécution).
[3] Louis Le Peletier de Rosanbo, époux d’Antoinette, guillotiné le 21 avril 1794 à 47 ans.
[4] Aline Thérèse (23 ans) et son mari Jean-Baptiste de Chateaubriand (35 ans), le frère de François-René de Chateaubriand. Louise Madeleine, l’autre fille d’Antoinette et Louis, échappera de justesse à l’échafaud grâce à la chute de Robespierre ; fort heureusement d’ailleurs puisqu’elle deviendra la mère d’Alexis de Tocqueville.
[5] Jeanne-Jacques-Marie-Anne-Françoise de Virot Sombreuil, « l'héroïne au verre de sang. »
[6] Ernesto Guevara, Message to the Tricontinental, 16 avril 1967.

Commentaires

  1. L'Institut Turgot, lui en tout cas, fait dans la censure. Demander Jean-Pierre Chevallier !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…

Non, Salvador Allende n’était pas « sur le point de réussir »

Au centre, Allende et Brezhnev, le 11/12/1972 à Moscou.Parmi les nombreuses tartes à la crème qu’on voit circuler sur les Internets, il y a l’idée prégnante et manifestement reçue par beaucoup selon laquelle Salvador Allende était « sur le point de réussir » quand la CIA l’a remplacé par la junte d’Augusto Pinochet. Non. À moins que par « réussir » vous entendiez « réussir à instaurer une dictature » à la mode cubaine ou soviétique, rien n’est plus faux. Un rapide retour sur ces trois années s'impose.Lorsque Salvador Allende, candidat d’une coalition qui regroupait presque tous les partis de gauche du Chili, arrive premier à l’élection présidentielle du 4 septembre 1970 avec 36.2% des voix, il n’est pas pour autant élu. En effet, la constitution chilienne de l’époque voulait que si aucun candidat n’emportait la majorité des suffrages, les deux premiers seraient départagés par un vote du Congrès. Allende devait donc convaincre les parlementaires chiliens de lui apporter leurs suffr…