Accéder au contenu principal

Hollande, la nouvelle aristocratie et moi

Lors de son meeting au Bourget, entre une attaque contre la vilaine finance et une relecture marxiste de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, François Hollande a condamné la « nouvelle aristocratie » des Français situés parmi le 1% des plus hauts revenus. Monsieur Hollande veut jouer à ce petit jeu ? Fort bien : je relève le gant.

Selon le site de l’Assemblée Nationale, François Hollande perçoit au titre de son mandat de député de la première circonscription de la Corrèze une indemnité parlementaire de 7 100,15 euros bruts par mois. A ce montant se rajoutent 2 757,34 euros bruts au titre de son mandat de président du conseil général de la Corrèze [1]. Ce qui porte donc la rémunération de Monsieur Hollande à 9 857,49 bruts par mois.

Par ailleurs, afin de faire face aux dépenses liées à l’exercice de ses fonctions de député, Monsieur Hollande bénéficie d’une indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) de 6 412 euros bruts par mois. Étant donné que l’Assemblée Nationale prend en charge l’intégralité de ses frais de transport [2], qu’elle lui fournit un bureau dans l’enceinte du Palais Bourbon, qu’elle finance son matériel informatique, ses factures de téléphone, son courrier, ses connexions internet et qu’elle lui attribue un crédit de 9 138 euros par mois pour rémunérer ses collaborateurs, l’IRFM tient plus du complément de rémunération que d’un véritable système de défraiement [3]. Ce qui porte donc la rémunération de Monsieur Hollande à 16 269,49 bruts par mois (plus 11 fois le Smic).

Je passe sur les autres avantages dont disposent nos élus (sécurité sociale généreuse, défiscalisation d’une part considérable de leurs revenus, services de restauration aux tarifs dérisoires etc…) et on admettra que Monsieur Hollande n’a pas d’autres sources de revenus que celles listées ci-dessus.

Ainsi donc, Monsieur Hollande n’étant plus marié et ses enfants étant désormais adultes, on peut considérer qu’il compte pour une seule Unité de Consommation au sens de l’Insee, c'est-à-dire que les revenus de son foyer fiscal s’élèvent à environ 195 000 euros par an. Mais voilà : sur la base des données de l’Insee en 2007, à partir de 84 500 euros de revenu par UC, vous faites parti du fameux 1%.

Monsieur Hollande gagne plus du double : encore 30 000 euros de revenus annuels et il fait même partie du 0,1%.

Alors, j’ai quelque chose à dire à Monsieur Hollande. Un message personnel. Voyez-vous Monsieur Hollande, je fais partie de ces infâmes salauds anonymes qui travaillent dans « la finance » ; je suis un des types que vous jetez en pâture à la vindicte populaire en les accusant d’être responsables de vos propres erreurs, des conséquences de votre incompétence et de vos politiques clientélistes. Je viens de faire le calcul : vos revenus sont près de cinq fois plus élevés que les miens.

Je m’arrête ici. Je vais devenir grossier.

---
[1] Un président du conseil général touche 5 512 euros bruts par mois mais la loi organique n° 92-175 du 25 février 1992 plafonne le surcroît de rémunération des députés au titre de leurs éventuels mandats locaux à 2 757,34 euros bruts.
[2] Gratuité sur les réseaux SNCF et RATP, parc automobile de l’assemblée, remboursement des courses de taxi, de jusqu’à 80 voyages en avion par an entre Paris et Tulle et de jusqu’à 12 voyages aériens vers d’autres destinations en France métropolitaine.
[3] On négligera ici les avantages liés au mandat local de Monsieur Hollande ; la plupart des conseils généraux mettant une voiture et un logement de fonction à la disposition de leurs président.

Commentaires

  1. J'aime beaucoup votre réaction.

    RépondreSupprimer
  2. "indignation" partagée.

    Mais bon, comme dirait Copé, un gars qui pense qu'à 5000 euros par mois, on est un minable, Hollande-Copé d'un coté (UMPS), et les traders analystes middle officers sales de l'autre , ne font pas parti du même monde.

    RépondreSupprimer
  3. Ca fait partie du 1% sans jamais avoir créé un seul centime de valeur ajoutée, et ça se permet de venir donner des leçons de morale.

    RépondreSupprimer
  4. Juste colère que je partage même si le monde de la finance m'est assez étranger; les désignations de boucs émissaires m'ont toujours débectée d'autant plus quand les accusateurs sont des personnalités politiques qui profitent de l'adhésion (par intérêt et/ou necessité) d'une masse grandissante d'électeurs « à mains tendues » qui ne demandent qu'à les croire.
    La mode est à l'indignation manifestée et manifestante, votre démarche est beaucoup trop isolée confinée dans ce blog.
    La question suivante va vous paraître sans doute naïve, mais comment se fait-il (puisque vous avez déjà l'intelligence et les moyens intellectuels) qu'avec vos amis, et vos relations vous ne fassiez pas en sorte d'être plus « audibles » en faisant d'avantage circuler ce genre d'infos, pour couper la grosse ficelle avec laquelle Hollande veut vous attacher alors que lui-même mérite le fouet !
    De mon côté je fais suivre ces édifiantes infos
    Mireille07

    RépondreSupprimer
  5. Mireille07,
    Merci pour votre commentaire. Croyez bien que j’aimerais aussi que les idées libérales existent sur la place publique. Ce n’est malheureusement plus le cas depuis au moins 7 décennies.
    Ce qui est certain c’est que ni l’UMP, ni le PS ne seront jamais des partis libéraux – et je ne partage pas l’espoir de certains de mes amis quant au Modem.
    C’est un mouvement à naître, une culture à redécouvrir (la tradition libérale française), des idées à faire connaitre… Vaste programme !
    Heureusement – et les interventions du Parisien Libéral et de Théo ci-dessus le démontrent – il existe encore des libéraux dans ce pays.

    RépondreSupprimer
  6. RECAP perso :
    PS : non merci (UMP en version plus dispendieuse)
    UMP : non merci (j'ai déjà donné)
    MODEM : non merci
    Le leurre VERT : NOOOOON !
    La clique de gauche : NOOOOOON !

    Pour tous les autres, au dernier moment, je vais la jouer : ams, tram, gram, pic et pic et colégram...
    Mireille07

    RépondreSupprimer
  7. Même chose pour moi :)
    Je rajoute juste :
    FN : plutôt creuver !

    RépondreSupprimer
  8. AUCUN RISQUE ! Je pense qu'elle ne parviendra même pas au second tour.

    Mireille07 désabusée mais tenant à la vie !

    RépondreSupprimer
  9. Perso je m'intéresse beaucoup plus aux résultats de Ron Paul aux USA. Car lui, il représente une véritable alternative pour son pays. Une alternative libérale, bien entendu.
    Parce qu'en France, que ce soit Sarko ou Hollande qui est élu, ce sera bonnet blanc et blanc bonnet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non seulement il représente une véritable alternative pour les américains, mais il est le seul qui soit bénéfique pour nous européens, s'il arrive a licencier Bernanke et a rétablir un système monétaire un peu sensé.

      Supprimer
  10. Pascale,
    On est bien d'accord. D'où : #Bastiat2012 !

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour,

    J'ai bien souri en lisant cette partie de chat.

    On pourrait en dire long sur la différence entre (pour vous citer) "ces infâmes salauds anonymes qui travaillent dans « la finance »" et ceux pour qui, en quelque sorte, c'est une fin en soi. Mais là ne sera pas mon propos.

    Peut-être me taxerez-vous de naïveté mais je ne pense pas que l'IRFM soit "plus du complément de rémunération que d’un véritable système de défraiement". En effet, les avantages que vous citez sont pour la plupart liés à la place de Paris. Pour tout ce qui concerne le niveau local, l'IRFM n'est-elle pas censée couvrir des frais tels que, entre autre, la location d'un local ou bien des frais de bouche ?

    Alors, bien sûr, la somme allouée ne permet pas le même train de vie en Corrèze qu'à Paris...

    Mais s'il y a une anomalie à relever, ce serait -selon moi- pourquoi on attribue une indemnité forfaitaire à un représentant de l'état là où Monsieur Lambda doit acheter des tickets restau ou faire des notes de frais (etc).


    Cordialement,

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Un garçon qui n’a jamais eu de métier

Jean-Luc Mélenchon fait ses premières armes en politique à Lons-le-Saunier, en mai 1968. À cette époque il n’est que lycéen — en première littéraire — mais c’est lui, racontent ses anciens camarades de classe, qui va importer les évènements parisiens dans son Jura d’adoption. C’est lors de cette première expérience politique qu’il va réaliser son indiscutable talent d’orateur et se familiariser avec la pensée d’extrême gauche et notamment Karl Marx qui devient son livre de chevet en terminale. Il passe son bac en 1969 et s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Besançon pour y étudier la philosophie.Sitôt inscrit, le jeune Mélenchon se rapproche de l’UNEF et déserte les amphis pour se consacrer au militantisme. Il parviendra quand même à obtenir sa licence en 1972 mais ne poussera pas ses études plus loin : la même année, il rentre formellement en politique en rejoignant l’Organisation Communiste Internationaliste (OCI), une organisation trotskyste de tendance lambertiste…

Le salaire minimum à 15 dollars de Seattle

En général, la (fonction de densité de la) distribution des salaires ressemble à quelque chose comme ça : C’est-à-dire que relativement peu de gens touchent des salaires très bas (à gauche de la distribution), la plupart perçoivent un salaire proche du salaire médian (au milieu) et, plus on monte dans l’échelle des rémunérations (vers la droite), plus ça devient rare. Sur un graphique de ce type, le P.-D.G. d'une société du CAC 40 ou un joueur international de football se promènent à quelques dizaines de centimètres à droite de votre écran mais ces cas sont si exceptionnels que le trait bleu est invisible à l’œil nu.Le point MinW indique le niveau du salaire minimum légal. À gauche de ce point, en rouge, vous trouvez toutes les personnes dont le travail vaut moins que le salaire minimum. Typiquement, ce sont des gens peu qualifiés, peu expérimentés et même souvent les deux. C’est-à-dire qu’étant donné le niveau du salaire minimum, ces gens-là sont tout simplement inemployables. C&#…