Accéder au contenu principal

Aversion au risque

Je vous propose un jeu. Vous avez le choix entre deux possibilités : soit je vous donne 100 euros et nous en restons là, soit nous jouons à pile ou face ; pile, vous gagnez 300 euros ; face, c’est vous qui me devez 100 euros. Que choisissez-vous ?

La plupart d’entre nous préfèreront prendre les 100 euros. Interrogez les membres de votre famille, vos voisins, vos amis et vos collègues du bureau et vous constaterez comme moi que l’écrasante majorité de celles et ceux que vous aurez soumis à ce test préfèrent, comme vous, prendre mes 100 euros et en rester là.

Réfléchissons comme des scientifiques voulez-vous ? Dans ma seconde proposition, vous avez une chance sur deux de gagner 300 euros et une chance sur deux d’en perdre 100 : ce qui nous, sauf erreur de ma part, fait une espérance de gain de 100 euros [1]. En d’autres termes, si vous pensez comme des scientifiques, vous n’avez aucune raison de préférer si systématiquement ma première proposition. L’une et l’autre sont équivalentes.

Et pourtant, à l’épreuve des faits, vous avez bien pris mes 100 euros.

La différence entre un scientifique qui résout un problème de probabilités sur un tableau noir et vous c’est que vous avez perçu un risque. Bien sûr, vous préférez gagner 300 euros plutôt que 100 mais lorsque je vous ai proposé ce jeu, vous avez immédiatement imaginé comment vous sentiriez si, par malchance, la pièce retombait sur la mauvaise face. Vous aviez l’opportunité d’empocher 100 euros sans aucun risque et voilà que vous en avez perdu 100. Votre esprit s’est tellement focalisé sur cette éventualité que vous avez pratiquement oublié que vous pouviez aussi gagner 300 euros. Rassurez-vous, c’est tout à fait normal. Dans notre inconscient, le risque n’a qu’une seule face : la mauvaise.

« Soit prudent, » dit cette petite voix. L’appel à la prudence, c’est le sage conseil que nos parents, nos professeurs, nos amis et pratiquement tous ceux et celles qui nous aiment nous répètent depuis notre plus tendre enfance. Cette même recommandation, vous l’avez faite à vos enfants et soyez certains qu’ils la transmettront à leur tour. C’est une composante incontournable de notre nature d’êtres humains : nous sommes averses au risque.

Si mon objectif est de vous amener à jouer à pile ou face, je dois augmenter votre espérance de gains. Je peux y parvenir en augmentant votre récompense si la pièce tombe coté pile, en réduisant votre risque de pertes dans le cas contraire ou en vous proposant une combinaison des deux. C'est-à-dire que, pour que vous acceptiez de prendre le risque, je vais devoir rémunérer votre prise de risque.

Par exemple, si je vous promets non plus 300 euros mais 400 euros quand la pièce tombe coté pile, votre espérance de gain est désormais de 150 euros. Certains d’entre nous trouverons que le jeu en vaut désormais la chandelle ; d’autres pas – nous sommes tous différents et, en tant que tels, nous n’évaluons pas le risque de la même manière. Si je réduis maintenant le risque de pertes si la pièce tombe coté face – mettons 50 euros au lieu de 100 – l’espérance de gain du jeu passe à 175 euros et de nouveaux joueurs accepterons de m’accompagner dans la partie. Ce petit processus itératif n’est rien d’autre que la recherche d’un prix de marché. Plus j’augmente votre espérance de gain, votre « prime », plus vous acceptez de jouer et plus – bien sûr – ce petit jeu me coûte cher. Le risque a un prix.

C’est pour cette même raison que les assurances existent : Lorsque vous signez votre contrat, vous cherchez à échanger un risque contre la certitude de payer une prime à votre assureur. Si ce dernier accepte de couvrir votre risque, ce n’est évidemment pas par altruisme : c’est parce que la prime qu’il vous réclame et que vous avez accepté de payer [2] lui permet de faire face à la réalisation des risques dans le futurs mais aussi de gagner sa vie. Au café de la gare, on accuse les assureurs d’être des voleurs jusqu’au jour où on devient soi-même assureur.

Et maintenant, imaginez que vous soyez de ceux qui ont prêté leurs économies à l’État grec pour lui permettre de financer ses politiques clientélistes. Un beau matin, vous apprenez que les comptes était truqués, que les caisses sont vides, que la fraude fiscale et la chasse aux subsides publics ont remplacé le lancer de javelot et la lutte aux jeux olympique ; bref, qu’il est très probable que votre retraire soit à deux doigts de voler en fumée. Que ressentez-vous ?

Vous avez peur. Vous voulez vendre ces obligations pourries et mettre vos économies à l’abri. Mais voilà : tous le monde est au courant des difficultés d’Athènes. Alors, pour trouver quelqu’un qui accepte de vous racheter vos obligations, vous baissez votre prix et donc les proposez à au taux plus élevé. Vous voilà un de ses spéculateurs anonymes qui, à ce qu’on dit, attaquent les peuples européens.

Vous pensez que c’est immoral ? Dites-moi : n’est-ce pas vous qui avez préférer prendre mes 100 euros ?

---
[1] (0,5 x 300) + (0,5 x -100) pour ceux qui étaient au fond de la classe à coté de la fenêtre.
[2] Sauf, bien sûr, quand c’est l’État qui vous assure de force en vous imposant ses prix ou quand il vous oblige à vous assurer auprès d’un tiers.

Commentaires

  1. 1) Ici :
    http://www.jasoncollins.org/2011/01/does-mathematical-training-increase-our-risk-tolerance/
    à partir de
    http://www.sciencemag.org/content/320/5880/1217
    des spéculations amusantes fondées sur le fait que, spontanément, les êtres humains sembleraient favoriser un projection logarithmique des nombres sur une droite numérique (les différences entre grands nombres sont comprimées, entre les petits sont dilatées). Ceci encourage l'aversion au risque, mais une instruction mathématique pourrait modifier cette conceptualisation des nombres.

    2) Mais, selon la sagesse des nations, l'aversion au risque est censée augmenter avec l'augmentation de l'espérance de vie. Pour le pire, mais aussi pour le meilleur.

    La faible aversion au risque peut en effet avoir des effets pas très heureux. En polémologie pilotée par la démographie, Gaston Bouthoul considérait autrefois qu'une forte proportion de jeunes hommes constituait un facteur favorisant les aventures militaires.

    Pour faire court : les jeunes motards sont imprudents, et pas très populaires chez les assureurs.

    3) Sur l'influence possible du sexe (euh, pardon, du genre) sur l'acceptation du risque, avec des modulations, voir en particulier la section "Risk" ici :
    http://www.voxeu.org/index.php?q=node/3973

    Différence homme / femme pour l'aversion au risque dans le jeu d'échecs :
    http://ftp.iza.org/dp4793.pdf

    4) Kahneman & Tversky ont montré que le degré d'aversion au risque peut dépendre de la manière dont la situation est perçue, ou présentée par un tiers. D'autant que l'estimation subjective des probabilités (en dehors du cas spécial du pile ou face) peut être assez éloignée de ce que l'observation des faits enseigne.

    http://www.sjsu.edu/faculty/watkins/prospect.htm

    5) Espérance mathématique et culture du désespoir
    Quand j'étais étudiant, un jour un de mes professeurs nous dit : "Regardez-vous bien sur ce banc, à la fin de l'année, il n'y en aura qu'un qui réussira" (on était 5 par banc). Ça peut vous plomber la vie, cette façon d'aborder les choses. Mais il suffit de réfléchir : je connais mes camarades, et il y a des glandeurs, des abrutis, des gens sérieux mais pas très forts, donc pourquoi je serais dans les 4 qui vont échouer ?

    RépondreSupprimer
  2. "Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras". Voila ma réflexion immédiate à la lecture de l'énoncé du jeu. Est-ce la traduction de la prudence ?

    RépondreSupprimer
  3. Cette terrifiante obsession de l'argent et du gain. Quand on pense à ce dont est fait le monde, à quel point il est vaste et à quel point la pensée est peut-être plus vaste encore, on se demande comment il est possible d'arriver, quoiqu'il arrive, à ne parler que de gain, d'argent, de rentabilité, de remboursement, de taux divers et variés. Inquiétant... Teneur en pourcentage des 100 prochains articles ? Le gain, la maille, le fric, le pognon, le flouze, les biftons, et les mille manières d'accumuler en encore et toujours...

    »
    Les rigueurs machinales
    Des sûrs caissiers,
    Les vigueurs matinales
    Des policiers.

    Les valeurs nominales
    Des financiers,
    La dette terminale
    Des créanciers.

    Les faillites finales
    Des financiers,
    La dette originale
    Des créanciers.

    Les dures diagonales
    Des balanciers,
    La culbute finale
    Des dépensiers.

    Les terreurs doctrinales
    Des justiciers,
    Les fleurs médicinales
    Des pâtissiers.
    «

    (Peguy)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce blog est axé surtout sur des questions économiques. Lui reprocher d'en parler est aussi inattendu que de reprocher à un sinologue de parler de la Chine.

      Supprimer
  4. "Nous sommes adverses au risque" (vient de adversaire - synonyme : hostile) ou "nous avons de l'aversion pour le risque" mais pas "nous sommes averses au risque"

    My two cents...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…

Comment j’ai déprogrammé l’obsolescence

C’est arrivé ce matin. Notre lave-vaisselle familial, que nous avions programmé pour tourner la nuit dernière, n’avait pas fonctionné. Mon épouse, étonnée par cette inhabituelle défaillance, a essayé de le relancer : rien à faire, le bestiau ne fonctionnait plus. Dépités, nous convînmes donc, ma dulcinée et moi-même, qu’il était temps de lui trouver un remplaçant. Cette fois ci, nous disions nous pas plus tard que ce matin, nous n’achèterons pas la première camelote venue à 300 euros : rendez-vous fût pris en début de soirée pour faire l’acquisition d’une bête de course qui, nous l’espérions, durerait vingt ans, comme celle de belle-maman.Dans les entrailles de la bêteMais la journée avançant, cette histoire ne sortait pas de ma tête. Le lave-vaisselle en question, nous l’avions tout de même acheté il y a à peine plus de trois ans : ce n’est pas Dieu possible que ce machin, même s’il ne nous avait objectivement pas coûté grand-chose, nous lâche aussi vite. Si ça se trouve, me disais-j…