Accéder au contenu principal

Crise et déréglementation

« Considérez ceci :

Les banques ont déversé d’énormes sommes d'argent dans une classe d'actifs donnée. Elles étaient encouragées à le faire par le législateur, bien qu'il y ait un certain désaccord quant à savoir si c'était la raison principale de leurs décisions. Ces actifs ont un long historique de bonnes performances, mais un examen attentif des faits aurait allumé des voyants rouges. Le marché des actifs en question plonge alors que le risque de défaut augmente fortement. Cette baisse entraîne de nombreuses grandes banques, obligeant les gouvernements à venir à leur secours.

Qu'est-ce que je viens de décrire ? Le fiasco des subprimes ou le fiasco de la dette souveraine des PIGS ? Je dirais les deux. Je dirais que ces deux crises sont essentiellement identiques. (Je dois préciser que par « essentiellement identiques » Je veux dire par essence, non pas dans les moindres détails.)

Bien sûr, la crise des subprimes est venue en premier, nous allons donc considérer l’explication dominante (progressiste) de la crise des subprimes. Si vous lisez les médias dominants, vous verrez qu'elle est décrite comme une sorte de [moralité] ; les maux de la déréglementation, qui ont permis aux grandes banques avides de faire des paris à fort effet de levier avec l'argent des autres, puis de se décharger des risques sur les contribuables et sur les acheteurs peu méfiants des MBS. Ou quelque chose comme ça.

Évidemment, il serait impossible de raconter une histoire similaire sur la crise de la dette souveraine. Aucun organisme de réglementation de bon sens n'aurait jamais imaginé dire aux grandes banques de ne pas acheter de la dette souveraine européenne au motif que ce serait trop risqué. En effet, la dernière tentative de réglementation (Bâle II) a encouragé les banques à investir dans ces « placements sûrs ». Reprocher la crise de l'euro à la déréglementation ne passe même pas le test du rire. Les criminels étaient les régulateurs eux-mêmes. Le terme « criminel » est-il une hyperbole de ma part ? Pas du tout. Supposons que les dirigeants d'Enron aient utilisé les techniques comptables du gouvernement grec. Ils seraient tous en prison. Comme pour Berlusconi, que peut-on dire à propos d'un dirigeant qui passe continuellement des lois exonérant le Premier ministre des crimes dont il a précisément été accusé ? Comme Keynes l'a dit :

« Les mots doivent être un peu sauvage, car ils sont les assauts des pensées de l’irréfléchi. »

Alors, voici ce que je me demande. Supposons que la crise de la zone euro n'était manifestement pas causée par la déréglementation et les banquiers cupides. Alors, si la crise des subprimes a été pratiquement identique, du moins dans son essence, comment la déréglementation peut-elle être à l'origine de la crise précédente ? Je ne dis pas que c’est logiquement impossible, mais ne semblent il pas beaucoup plus probable qu'il y ait un problème plus systémique profond qui transcende ce cliché facile ? »

C’est de Scott Sumner (traduction grossière de votre serviteur).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…

Le marché des actions US est-il si cher que ça ?

Avec un Price-to-Earnings Ratio (cours sur bénéfices nets) désormais nettement supérieur à 20, le marché des actions américaines apparaît désormais très cher et même, selon nombre de commentateurs, trop chers. Cela fait plusieurs mois que le mot en B (« bulle ») a été prononcé [1] et force est de reconnaître que, sur la seule base de ce ratio, c’est effectivement le cas. Néanmoins, un rapide retour sur la théorie de la valorisation donne un éclairage tout à fait différent.Si le PER est un ratio très couramment utilisé sur les marchés, les chercheurs qui s’intéressent à la valorisation des actions utilisent plus volontiers son inverse : le Earnings Yield. En notant $E$ le niveau actuel des bénéfices nets et $P$ le prix du marché, le Earnings Yield s’écrit simplement : $$\frac{E}{P} $$ C’est donc la même mesure mais exprimée sous forme de taux plutôt que de ratio. Si nous utilisons plus volontiers cette présentation c’est que, contrairement au PER, elle a une signification très précis…