Accéder au contenu principal

Yuans, euros et artifices artificiels

Au moment où j’écris ces lignes le yuan chinois [1] vaut environ 11,5 centimes d’euros. Or, si j’en crois les analyses d’un grand nombre de commentateurs, il semble que la monnaie de l’empire du milieu soit artificiellement sous-évaluée – on parle fréquemment de 30% ; c'est-à-dire que le yuan ne devrait pas valoir 11,5 centimes d’euros mais 16,5 centimes d’euros. L’idée que défendent ceux qui soutiennent la thèse d’une sous-évaluation du yuan (et donc d’une surévaluation de l’euro) c’est que le gouvernement chinois pratique une dévaluation compétitive c'est-à-dire qu’il cherche à doper ses exportations en faisant baisser la valeur de sa monnaie.

Je ne doute pas un instant que mes lecteurs connaissent ces choses mais un bref rappel ne peut faire de mal à personne : avec un yuan à 11,5 centimes d’euros, un produit qui sort de l’usine à 1 000 yuans peut être vendu 115 euros tandis qu’avec une parité à 16,5 centimes, ce même produit vaudra 165 euros. En d’autres termes, pour les entreprises exportatrices chinoises, plus la valeur du yuan exprimé en euros est faible, plus leurs produits sont compétitifs à l’export. Bien entendu, le corollaire de ce principe est aussi vrai : un produit vendu chez nous à 100 euros vaut 868 yuans avec une parité de 11,5 centimes d’euros pour un yuan et ne vaudrait plus que 607 yuans avec une parité de 16,5 centimes – dès lors, nos entreprises exportatrices deviendraient mécaniquement beaucoup plus compétitives sur le marché chinois.

L’idée selon laquelle Pékin aurait pu se livrer à ce petit jeu est tout sauf absurde. Le caractère autocratique du gouvernement chinois, les tensions inflationnistes et l’accumulation d’emprunts d’Etat américains et européens plaident tous en faveur de cette thèse. En revanche, chiffrer l’ampleur du phénomène me semble pour le moins hasardeux : le yuan comme l’euro sont les produits d’un système de planification monétaire – celui des banques centrales – qui, comme tout système planifié, ne permet pas de réaliser ce genre de calculs. Reste que l’accusation est plausible, admettons donc par hypothèse que le chiffre de 30% soit le bon.

Si c’est effectivement le cas, cela signifie d’une part que le gouvernement chinois soutient artificiellement les entreprises exportatrices chinoises mais cela signifie aussi, comme nous l’avons vu plus haut, qu’il pénalise artificiellement les entreprises et les particuliers chinois qui importent des produits. De fait, cette politique revient à faire financer au peuple chinois la compétitivité des entreprises exportatrices chinoises au travers d’une perte de pouvoir d’achat. De la même manière, Pékin pourrait obtenir le même résultat en utilisant le politique fiscale plutôt que la politique monétaire : il suffirait d’augmenter les impôts qui pèsent sur la population chinoise et d’en redistribuer le produit aux entreprises exportatrices afin qu’elles puissent vendre moins cher. Ce serait strictement équivalent [2] : les entreprises de l’empire du milieu exporteraient plus qu’elles ne l’auraient fait sans cette politique et ce sont les citoyens chinois, au travers d’une baisse de leur pouvoir d’achat, qui financeraient l’opération.

Qu’on utilise la politique monétaire ou la politique fiscale le résultat est le même : le gouvernement chinois a mis en place une politique qui consiste à faire financer une hausse de notre pouvoir d’achat (nous payons les produits « made in China » moins chers) par une baisse du pouvoir d’achat de sa propre population (ils payent leurs importations plus chères). C'est-à-dire que, aussi incroyable que cela puisse paraître, les chinois sont en train de subventionner nos niveaux de vie. Vous pensez que j’exagère ? Poussez simplement le raisonnement : que ce passerait-il si Pékin devait décider de subventionner ses exportations non pas de 30% mais de 100% ? C'est-à-dire que la Chine inonderait littéralement nos marchés occidentaux de produits gratuits [3]. Pensez-vous que les chinois s’enrichiraient à nos dépens ?

Et pendant ce temps, M. Dassault n’en finit plus de pester contre la « surévaluation de l’euro » qui, selon lui, explique pourquoi son Rafale [4] ne se vend pas à l’étranger. Je n’ai pas la prétention d’être un spécialiste du marché hautement politisé des avions de combat mais il y a en revanche une chose que je sais : quand M. Dassault réclame que la Banque Centrale Européenne laisse filer la valeur de notre monnaie, ce qu’il demande en réalité c’est que vous et moi subventionnions son chiffre d’affaires et ses bénéfices par une baisse de notre pouvoir d’achat. Forts de cette simple constatation de bon sens, vous devriez maintenant gouter toute l’ironie du discours politique.

---
[1] les esthètes me pardonneront d’utiliser le nom de l’unité de compte (le yuan) en lieu et place du nom de la monnaie (le Renminbi).
[2] Bien que plus compliqué à mettre en œuvre et plus visible sur la scène internationale.
[3] Celle-ci je la dois à Frédéric Bastiat : Égaliser les conditions de production dans la première partie des Sophismes Économiques (1845).
[4] Programme qui, sur la base de 286 avions, devrait finalement coûter 40,690 milliards d’euros aux contribuables français…

Publié sur 24hgold.com le 18 octobre 2011.

Commentaires

  1. http://bastiat.org/fr/balance_du_commerce_sophisme.html

    RépondreSupprimer
  2. Le Diable probablement,
    Oui je sais =)

    RépondreSupprimer
  3. Vous avez raison. Au fond, la population chinoise subventionne les entreprises exportatrices chinoises. Dans le même temps, elle permet au consommateur occidental de payer un certain nombre de produits moins chers.

    Il vous manque juste la conclusion.
    Les gagnants sont les sociétés exportatrices produisant en Chine.
    Les perdants sont la population chinoise (vous l’avez très bien démontré) et la population occidentale qui faute d’emploi se fiche bien de payer ses chaussettes moins cher (vous l’avez peut être moins bien montré).
    Fort de votre constatation de bon sens, je goûte toute l’ironie du discours politique prétendant que le protectionnisme est bien la diabolique idée dont il faut se garder.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…

Le marché des actions US est-il si cher que ça ?

Avec un Price-to-Earnings Ratio (cours sur bénéfices nets) désormais nettement supérieur à 20, le marché des actions américaines apparaît désormais très cher et même, selon nombre de commentateurs, trop chers. Cela fait plusieurs mois que le mot en B (« bulle ») a été prononcé [1] et force est de reconnaître que, sur la seule base de ce ratio, c’est effectivement le cas. Néanmoins, un rapide retour sur la théorie de la valorisation donne un éclairage tout à fait différent.Si le PER est un ratio très couramment utilisé sur les marchés, les chercheurs qui s’intéressent à la valorisation des actions utilisent plus volontiers son inverse : le Earnings Yield. En notant $E$ le niveau actuel des bénéfices nets et $P$ le prix du marché, le Earnings Yield s’écrit simplement : $$\frac{E}{P} $$ C’est donc la même mesure mais exprimée sous forme de taux plutôt que de ratio. Si nous utilisons plus volontiers cette présentation c’est que, contrairement au PER, elle a une signification très précis…