Accéder au contenu principal

L’UE libre-échangiste… est une économie fermée

Un moyen pratique de mesurer le degré d’ouverture d’une économie aux échanges internationaux consiste à mesure la somme de ses échanges extérieurs (importations + exportations) et de ramener le total à son PIB. Appelons cela le taux d’ouverture (O). Voici les résultats pour les 27 pays de l’Union Européenne [1] :

XMPIBO
Belgique310.9294.5354.4170.9%
Bulgarie15.619.236.096.4%
R. tchèque100.295.2149.3130.9%
Danemark73.764.0234.058.8%
Allemagne957.1804.72 476.871.1%
Estonie8.89.214.3125.8%
Irlande88.145.3156.085.5%
Grèce16.147.7227.328.1%
Espagne185.3237.11 062.639.8%
France392.7456.91 932.844.0%
Italie337.6365.01 548.845.4%
Chypre1.16.417.343.1%
Lettonie7.28.718.088.5%
Lituanie15.717.727.5121.2%
Luxembourg14.818.140.381.7%
Hongrie72.066.597.1142.6%
Malte1.93.26.282.0%
Pays-Bas432.5389.9588.4139.8%
Autriche114.9119.8286.282.0%
Pologne117.5131.0354.370.1%
Portugal36.857.1172.854.3%
Roumanie37.346.8121.968.9%
Slovénie22.222.735.4126.7%
Slovaquie49.350.265.9151.0%
Finlande52.551.7180.357.8%
Suède119.4112.2346.966.8%
Roy-Uni306.0422.51 700.142.8%
UE273 887.23 963.012 257.564.0%

Dans ce tableau, on constate par exemple qu’en 2010, la France a exporté pour 392,7 milliards d’euros et importé pour 456,9 – soit un déficit de la balance commerciale de 64,2 milliards. Rapportée à notre PIB la somme de nos exportations et de nos importations donne donc un taux d’ouverture (O) de 44% ; c'est-à-dire que notre économie est relativement fermée par rapport à celle de nos voisins puisque nous sommes 23ème sur 27.

En sommant les exportations et les importations des 27 et en ramenant le total obtenu au PIB de l’union, on trouve un taux d’ouverture de 64%. Mais bien sûr, ce calcul est faux puisque la plupart de ces pays échangent massivement entre eux. On peut donc refaire ce calcul en ignorant les échanges intra-communautaires de la même manière que la comptabilité nationale ne tient pas compte des échanges entre les différentes régions de France ; en somme, on considère l’UE27 comme un seul et même pays. Voici les résultats :

X*M*PIBO*
Belgique83.588.3354.448.5%
Bulgarie6.17.936.038.9%
R. tchèque16.024.0149.326.8%
Danemark25.118.8234.018.8%
Allemagne378.9292.42 476.827.1%
Estonie2.81.914.332.3%
Irlande36.814.9156.033.1%
Grèce6.123.4227.313.0%
Espagne59.7100.51 062.615.1%
France153.8144.91 932.815.5%
Italie144.3164.61 548.819.9%
Chypre0.41.917.313.3%
Lettonie2.42.118.024.9%
Lituanie6.17.727.550.0%
Luxembourg2.43.440.314.2%
Hongrie16.521.597.139.1%
Malte1.11.16.236.4%
Pays-Bas99.4208.0588.452.2%
Autriche33.127.0286.221.0%
Pologne25.239.2354.318.2%
Portugal9.213.8172.813.3%
Roumanie10.412.8121.919.0%
Slovénie6.47.335.438.6%
Slovaquie7.613.865.932.4%
Finlande23.518.5180.323.3%
Suède51.036.9346.925.4%
Roy-Uni141.1205.31 700.120.4%
EU271 348.81 501.812 257.523.3%

Si l’UE était un pays, sont taux d’ouverture ne serait que de 23,3%. En réalité, tous les pays de l’union – sans aucune exception (même le Royaume-Uni) – commercent plus entre eux qu’avec le reste du monde. En France, par exemple, 68,3% de nos importations proviennent de nos voisins tandis que 60,8% de nos exportations sont vendues quelque part dans l’union. Si l’UE est donc effectivement libre-échangiste au sens où elle pratique peu le protectionnisme, elle n’en est pas pour autant une économie très ouverte. Voici quelques éléments de comparaison :

X*M*PIBO*
EU271 348.81 501.812 257.523.3%
États-Unis963.31 483.410 957.622.3%
Japon580.7522.54 122.326.8%
Suisse147.4132.7398.970.2%

Comme vous pouvez le constater, nous sommes à peine plus ouverts que les Etats-Unis ; le Japon, malgré sa réputation protectionniste [2], est finalement plus ouvert que l’économie de l’UE et nos voisins libre-échangistes suisses, sans surprise, affichent un taux d’ouverture de 70%.

Pourtant l’UE est bel et bien libre échangiste en interne comme vis-à-vis de l’extérieur. Sur la base du Trade Freedom index [3], les pays de l’UE obtiennent un score de 87,6 (sauf la Grèce, Chypre et la France qui n’ont que 82,6 pour cause de barrière non-tarifaires) alors que les Etats-Unis s’adjugent un 86,4 tout à fait honorable [4] ; bref, on l’a déjà dit plus haut : l’UE n’est pas protectionniste. Mais alors pourquoi l’UE et les Etats-Unis, champions du libre-échange, ne sont-ils pas plus ouverts sur le reste du monde ? Eh bien la raison est extrêmement simple : la taille. Ce sont de très grandes économies qui disposent, sur leurs territoires respectifs, de ressources et de débouchés immenses et n’ont donc pas nécessairement besoin d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte.

Ça peut sembler surprenant mais c’est bien la réalité de ce monde. Des champions historiques du libre-échange comme les Etats-Unis ou le Royaume-Uni sont aussi de grandes économies qui peuvent se permettre un certain degré d’autosuffisance : pourquoi importer des marchandises depuis l’autre bout du monde alors qu’on a ce qu’il faut sous la main et pourquoi aller chercher des débouchés aux antipodes quand vos voisins comptent parmi les gens les plus riches sur terre. A l’opposé, pour nos voisins suisses ou icelandais, l’ouverture sur le monde est tout simplement vitale… et sans surprise leurs Trade Freedom indices s’en ressentent.

Si vous êtes l’UE, les Etats-Unis, la Chine, ou l’ex-URSS [5], le protectionnisme n’est certainement pas une bonne idée mais c’est au moins possible au prix d’une réduction sensible de votre niveau de vie. Si vous n’êtes aucun de ceux là, alors le protectionnisme n’est tout simplement pas une option : tôt ou tard, vous manquerez de ressources et de débouchés et votre économie se contractera en conséquence. A moins, bien sûr, d’annexer quelques pays voisins.

---
[1] Données Eurostat pour l’année 2010, en milliards d’euros. Avec X les exportations, M les importations et PIB le Produit Intérieur Brut.
[2] Elle est sans doute très exagérée – le Japon n’est probablement pas plus protectionniste que nous ; il faut sans doute y voir un effet d’image du à leur tarif douanier sur le riz, 778%, le plus élevé du monde.
[3] Le Trade Freedom index de la fondation Heritage, données 2011.
[4] Si on exclue la Corée du nord, les notes s’étalent entre 33,4 (les Seychelles) et 90 (la Suisse) avec une moyenne à 75 et une médiane à 77.
[5] Il semble que les ex-républiques soviétiques soient en train de préparer un accord de libre-échange entre elles.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…

Le marché des actions US est-il si cher que ça ?

Avec un Price-to-Earnings Ratio (cours sur bénéfices nets) désormais nettement supérieur à 20, le marché des actions américaines apparaît désormais très cher et même, selon nombre de commentateurs, trop chers. Cela fait plusieurs mois que le mot en B (« bulle ») a été prononcé [1] et force est de reconnaître que, sur la seule base de ce ratio, c’est effectivement le cas. Néanmoins, un rapide retour sur la théorie de la valorisation donne un éclairage tout à fait différent.Si le PER est un ratio très couramment utilisé sur les marchés, les chercheurs qui s’intéressent à la valorisation des actions utilisent plus volontiers son inverse : le Earnings Yield. En notant $E$ le niveau actuel des bénéfices nets et $P$ le prix du marché, le Earnings Yield s’écrit simplement : $$\frac{E}{P} $$ C’est donc la même mesure mais exprimée sous forme de taux plutôt que de ratio. Si nous utilisons plus volontiers cette présentation c’est que, contrairement au PER, elle a une signification très précis…