Qui l’avait vu ?

Mark Thornton, sans aucun doute, dès juin 2006.

« La bulle immobilière qui commencé à la fin des années 1990 est un exemple classique d’échec gouvernemental appliqué aux crises immobilières. L'inflation de la masse monétaire qui a accompagné la politique de crédit bon marché de la Fed a conduit à une frénésie d'emprunt et de construction d'une échelle sans précédent. Le nombre de nouveaux logements construits, le prix des maisons neuves et existantes, et le montant total de l'investissement immobilier, tout indique que la politique de la Fed, combinée avec une politique fiscale favorable et des pratiques de crédit subventionnées par le contribuable [1], a créé la bulle immobilière.

La bulle n'est qu’une bulle d'air chaud. Des ressources réelles sont impliqués, qui ont été mal allouées pendant la bulle et qui devront subir des ajustements douloureux au lendemain de la bulle. Cela impliquera le chômage, des forclosures [2], et la faillite de nombreuses personnes, en particulier ceux qui travaillent dans la construction et les industries connexes. La macro-économie sombrera dans une récession ou une dépression qui pourrait être d'une durée très longue en raison de la lenteur du marché du marché immobilier par rapport au marché boursier, qui peut procéder à de très grands ajustements de valeur en une seule journée. »

Mark Thornton, extrait de la conclusion de « The Economics of Housing Bubbles », le 6 juin 2006. Vous trouverez d’autres références « autrichiennes » ici.

---
[1] Freddie Mac, Fannie Mae...
[2] Procédure de liquidation des mortgages (crédits hypothécaires) aux Etats-Unis.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La loi Pompidou-Giscard (encore)

« Un mensonge fera le tour du monde avant que la vérité ait eu le temps de mettre ses bottes. » — Charles Spurgeon « Le Trésor public ne p...