Homogénéité et politique monétaire

S’il y a une critique de l’eurosystème qui semble aujourd’hui largement partagée par les économistes d’à peu près toutes les écoles c’est qu’une politique monétaire commune entre l’Allemagne et l’Irlande est forcément inadaptée à au moins l’un des deux. La raison en est très simple : considérer la croissance et l’inflation de la zone Euro, c’est mesurer une moyenne qui cache, en réalité, de fortes disparités d’un pays à l’autre – la zone Euro n’est pas une région économique homogène.

Mais considérez ceci : qu’est ce qui nous pousse à croire que la France ou l’Italie sont des régions économiques homogènes ? Si nous devions revenir au Franc, devrions-nous mettre en place à même politique monétaire pour l’Île-de-France et la Creuse ? Si l’Italie devait quitter la zone Euro, devrait-elle fixer les mêmes taux d’intérêts pour le Mezzogiorno et la Lombardie ? Si nous avions une politique monétaire spécifique à la région PACA, serait-elle adaptée à la fois à Toulon et à Aix-en-Provence ?

Où le problème ne serait-il pas que l’existence même d’une banque centrale implique la mise en œuvre d’une politique monétaire – c'est-à-dire de conditions de taux d’intérêts – commune et arbitraire ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cheval de fer, acte II

La première partie est ici. Quand John Kennedy s’y était installé au tout début des années 1790, Manchester n’était encore qu’un gros bour...