Accéder au contenu principal

Bellanger ne sera pas victime du capitalisme sauvage

Le 12 avril dernier, Axa Private Equity – actionnaire majoritaire de Skyrock avec 70% des parts – annonçait le déparquement de Pierre Bellanger, PDG et fondateur de la radio (et détenteur des 30% restants), sur la base de ses résultats médiocres qui, selon Dominique Senequier (président d’Axa Private Equity), ne justifient pas ses Eur 620k de rémunération annuelle. Peu importe les raisons qui ont poussé la société de capital-risque à vouloir priver Bellanger de son rôle exécutif, c’est la loi du genre : Skyrock est une société privée et n’a, à ce titre, pas d’autre raison d’être que de rémunérer ses actionnaires. Si le fondateur voulait un jouet, il ne fallait pas proposer à des investisseurs de rentrer au capital.

Ce qui est vraiment intéressant dans cette affaire, c’est qu’apprenant la décision de son actionnaire majoritaire, Bellanger s’est barricadé dans son bureau et a fait l’objet d’une campagne de soutient tout à fait inédite : le personnel de la radio – et notamment ses animateurs vedettes –, des auditeurs, une flopée de rappeurs et autres starlettes de R’n’B mais surtout… des politiciens. François Hollande, Jack Lang, Jean-Luc Mélenchon, Malek Boutih [1], Rama Yade, Xavier Bertrand… A gauche comme à droite, tous sont venus soutenir la « liberté de Skyrock » et Pierre Bellanger, qui en est manifestement le garant. Résultat des courses : Bellanger retrouve ses fonctions, Axa Private Equity cherche à vendre ses 70%, le Crédit Agricole accepte de racheter 30% du capital et on se donne jusqu’à la rentrée pour trouver des investisseurs pour les 40% restants.

Pour ce qui est de la stratégie de Bellanger – s’appuyer sur le soutien de son équipe et de ses auditeurs pour faire plier son actionnaire majoritaire – c’est assez bien joué. Je n’ai pas grand-chose à y redire. En revanche, l’intervention unanime de nos amis politiques fleure le capitalisme de connivence à plein nez. Voilà le topo : manifestement, les équipes de Senequier estiment, qu’avec Bellanger à sa tête, Skyrock n’est pas un bon investissement et souhaitent donc sortir. Et là, une banque dont les liens avec le pouvoir sont une évidence annonce qu’elle est prête à aligner quelques millions d’euros – probablement quelque chose de l’ordre de 25 millions – et à restaurer le PDG déchu dans ses fonctions. Bien sûr, il est possible que le Crédit Agricole estime que le prix demandé par Axa Private Equity justifie un investissement et il est également possible que cette décision s’inscrive dans sa stratégie de conquête du marché des jeunes. C’est possible mais, connaissant un peu Dominique Senequier, je vous fiche mon billet qu’elle n’est absolument pas prête à brader ses parts et vous ne m’en voudrez pas de penser que si c’est une opération de communication, le retour sur investissement me semble pour le moins incertain.

Le principe de parcimonie nous apprend qu’en présence de deux hypothèses concurrentes, c’est celle qui nécessite le moins d'hypothèses qui est en générale la bonne. En l’espèce, le défilé politique auquel nous avons assisté et les rumeurs d’un investissement de France Telecom et du Fonds de stratégique d'investissement [2] laissent clairement entrevoir ce qu’il s’est passé en coulisse. C’est simple comme un coup de fil : soucieux de prouver aux 17-25 ans – qui sont légions à écouter la soupe diffusée en boucle sur Skyrock – à quel point l’Etat se soucie de leur bien-être, un homme politique a pris contact avec la direction générale du Crédit Agricole en suggérant qu’il serait souhaitable et bienvenue que ladite banque trouve quelque intérêt à investir dans cette radio de jeunes. Si l’investissement de France Telecom et du FSI se confirme, nous aurons là une confirmation à la limite du communiqué officiel : l’appareil d’Etat s’est mobilisé et a usé non seulement de son pouvoir d’influence mais aussi des deniers publics pour maintenir Bellanger en poste à Eur 620 k par an.

C’est toute la beauté subtile du capitalisme de connivence à la française. Un étroit réseau de petites amitiés, d’intérêts croisés et de renvois d’ascenseurs entre des élus et des dirigeants d’entreprises pour qui clients, salariés et actionnaires ne sont que des pigeons instrumentalisables à souhait au nom de l’intérêt général. Bernard Tapie et Jean-Marie Messier à tous les étages. On nous rebat les oreilles de cette insupportable croissance des inégalités, des salaires mirobolants des « super-riches », des bonus des banquiers en nous expliquant que tout cela est le résultat d’un capitalisme libéral dérégulé et, pendant ce temps, notre président de la République vend les avions de M. Dassault [3], M. Lagardère co-investit avec l’Etat dans Sogeade, Mme Albanel est en charge de la communication de France Telecom… Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

---
[1] Qui se trouve, accessoirement, être le directeur des relations institutionnelles de Skyrock…
[2] Relayées par le JDD qui semble avoir eut quelques tuyaux.
[3] A l’Etat français…

Commentaires

  1. Très bel article.

    De la part d'un libéral cohérent comme vous l'êtes, c'est simplement le discours qu'on avait envie de lire.

    Sauf que.. Une petite chose me chagrine, à la lecture de cet article du Point :

    http://www.lepoint.fr/societe/bellanger-maitre-des-ondes-28-04-2011-1327106_23.php

    D'après BARETTA, on s'aperçoit que tout ceci n'aurait pas pu se faire sans Mathieu LAINE, intellectuel libéral, proche de Pascal SALIN, dont on attend toujours, soi dit en passant, le Dictionnaire du libéralisme.

    Je dois dire que ma surprise, et ma déception, ont été très très grandes !

    A moins qu'il puisse écrire l'exact contraire de ce qu'il fait, on ne sait pas qui est Georges KAPLAN, mais on sait maintenant qui il n'est pas ! ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Un de moins ;)

    Merci pour le compliment.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…

Comment j’ai déprogrammé l’obsolescence

C’est arrivé ce matin. Notre lave-vaisselle familial, que nous avions programmé pour tourner la nuit dernière, n’avait pas fonctionné. Mon épouse, étonnée par cette inhabituelle défaillance, a essayé de le relancer : rien à faire, le bestiau ne fonctionnait plus. Dépités, nous convînmes donc, ma dulcinée et moi-même, qu’il était temps de lui trouver un remplaçant. Cette fois ci, nous disions nous pas plus tard que ce matin, nous n’achèterons pas la première camelote venue à 300 euros : rendez-vous fût pris en début de soirée pour faire l’acquisition d’une bête de course qui, nous l’espérions, durerait vingt ans, comme celle de belle-maman.Dans les entrailles de la bêteMais la journée avançant, cette histoire ne sortait pas de ma tête. Le lave-vaisselle en question, nous l’avions tout de même acheté il y a à peine plus de trois ans : ce n’est pas Dieu possible que ce machin, même s’il ne nous avait objectivement pas coûté grand-chose, nous lâche aussi vite. Si ça se trouve, me disais-j…