Accéder au contenu principal

“Too Big To Fail”

Comment Oncle Sam a permit aux banques de jouer avec l’argent des autres.

L’annonce, un beau matin du 15 septembre 2008, de la faillite de Lehman Brothers – une des plus anciennes banques de Wall Street – va provoquer un véritable séisme financier et déclencher une des plus formidables pannes du système bancaire international qu’on ait jamais vu. Pourtant, les difficultés de Lehman Brothers n’avaient rien de nouveau. Comme beaucoup de firmes de Wall Street la banque dirigée par le très antipathique Richard Fuld était notoirement endettée et s’était joyeusement vautrée dans un nombre incalculable d’activités affreusement risquées et rémunératrices au regard desquelles un bête investissement dans une titrisation de crédit subprime (a.k.a. actif toxique) faisait office de stratégie de bon père de famille. Tout cela était de notoriété publique. Non, ce qu’il se passe de vraiment nouveau ce matin là et va provoquer une telle panique c’est qu’Oncle Sam n’a pas sauvé Lehman Brothers. Et ça, pour le coup, c’est vraiment nouveau.

Entendons-nous bien : quand je dis qu’Oncle Sam n’a pas sauvé Lehman, je ne vous parle pas des actionnaires de Lehman. Eux, de toute manière, ils y seraient passé et c’est bien la moindre des choses. Je vous parle des créanciers de Lehman : les gens qui ont prêté l’argent à la banque c'est-à-dire, en premier lieu, les gens qui ont déposé de l’argent sur un de ses comptes. Or, il se trouve que depuis la dernière grandes crise bancaire aux États-Unis – la crise des Saving & Loans dans les années 70 et 80 – le gouvernement fédéral n’avait jamais laissé tomber les créanciers d’une banque et avait toujours fait en sorte qu’ils récupèrent leurs billes jusqu’au dernier cent… jusqu’au matin du 15 septembre 2008. On peut conjecturer à l’infini sur les motifs de cette décision – est-ce la personnalité de Fuld, le refus de Lehman Brothers de participer au tour de table qui a permit de résoudre la crise LTCM… - après tout peu importe : le fait est que Lehman Brothers est en faillite et que beaucoup de gens vont perdre beaucoup d’argent à la plus grande surprise d’à peu près tout le monde.

Si la stupeur que va provoquer cette décision peut sembler étrange, c’est que vous ne savez peut être pas dans quel genre de monde nous vivons vraiment et qu’une petite analogie empruntée à l’excellent professeur Russel Roberts devrait vous éclairer sur le mécanisme subtil grâce auquel les banques, dans le monde entier, jouent avec notre argent grâce aux bons soins de nos gouvernements.

Alea moral autour d’une table de poker

Imaginez que Patrick [1], joueur de poker de vos connaissances, vienne vous emprunter de l’argent pour la partie de ce soir. Si vous êtes relativement confiant sur la santé financière et le talent de Patrick, vous accepterez probablement de lui prêter la somme dont il a besoin à un taux d’intérêt raisonnable. Mais imaginez maintenant que vous appreniez que Patrick a emprunté la même somme à dix autres personnes et, qu’en plus, il prend des risques considérables durant ses parties en bluffant comme un laquais. Vous seriez tenté de ne plus lui prêter d’argent ou, du moins, de réclamer un taux plus élevé… C’est avec votre argent que Patrick prend de tels risques après tout. Du coup, si Patrick veut continuer à vous emprunter de l’argent à un taux raisonnable, il est obligé de réduire ses mises ou de prendre moins de risques.

Mais maintenant, imaginons que la salle de poker soit dirigée par un très riche patron – Oncle Sam – qui, depuis des années, vient systématiquement au secours des joueurs en difficulté en honorant leurs dettes à leur place. Ça modifie votre jugement n’est-ce pas ? Même si Oncle Sam ne vous a donné aucune garantie de sauver Patrick en cas de problème, vous êtes fondé à penser qu’un prêt à Patrick est beaucoup moins risqué avec Oncle Sam dans les parages que sans lui. Ça s’appelle un “alea moral” : vous acceptez de prêter de l’argent à Patrick tout en sachant qu’il prend énormément de risques parce que vous pensez, vous êtes convaincu qu’Oncle Sam viendra éponger ses dettes si besoin est.

La conséquence de cet aléa moral c’est que Patrick et ses semblables peuvent jouer et gagner des sommes colossales en mettant un minimum d’argent de leurs propres poches et que c’est Oncle Sam qui est considéré par tous comme le garant du système. Remplaçons maintenant les joueurs de poker par des banques et le patron de la salle par un gouvernement et sa banque centrale et nous obtenons ce que Walter Bagehot, le premier éditorialiste de The Economist, qualifiait dès 1873 [2] comme un “arrangement malsain”.

L’alea moral est consubstantiel à l'existence même des banques centrales

Il y a, dans un premier temps, deux mécanismes intrinsèquement liés au monopole monétaire : primo, le rôle de “préteur en dernier ressort” qui garanti que, quoi qu’il arrive, une banque en difficulté pourra toujours emprunter de l’argent frais à sa banque centrale et, secundo, le fait qu’en cas de crise systémique tout le monde sait que la banque centrale inondera le système de liquidité (à tel point que le phénomène a un nom, le “Bernanke put”, du patronyme de l’actuel patron de la Fed [3]).

Ces deux mécanismes ont permit aux banques, qui n’étaient désormais plus contraintes par la rareté de l’épargne et bénéficiaient du soutien de la banque centrale, d’accroître massivement le volume de crédit qu’elles accordent à l’économie tout en prenant toujours plus de risques. Peu après la création de la Fed en 1913, les faillites bancaires se multiplient à tel point qu’en 1934, le gouvernement fédéral créé le Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) pour garantir les dépôts des clients des banques américaines... et renforce encore un peu l’aléa moral qui permet aux banques de grossir encore.

Aux fil des années, l’industrie bancaire américaine prend de telles proportions que quand la crise des Saving & Loans frappe au cours des années 70 et 80, les banques sont si gigantesques qu’elles deviennent - dans l’esprit de tout le monde à commencer par Oncle Sam - “Too Big To Fail”. On est alors dans un situation où la faillite d’une banque aurait de telles conséquences qu’elle en devient tout simplement politiquement inacceptable. Le gouvernement fédéral, à partir de cette époque, honorera donc les dettes de toutes les banques défaillantes. Toutes, sauf Lehman Brothers.

Cet arrangement malsain va permettre au gouvernement fédéral d’instrumentaliser à loisir l’industrie bancaire américaine pour mettre en oeuvre sa politique monétaire et pousser le peuple étasunien à s’endetter toujours plus pour “soutenir la croissance”.  Les banquiers, qui jouent désormais non seulement avec l’argent de leurs actionnaires mais aussi celui des contribuables, vont gagner des fortunes indécentes : une étude publiée récemment [4] estime à quelques 2.6 milliards de dollars les sommes empochées par les dirigeants des 14 principales firmes de Wall Street entre 2000 et 2008.

Cet arrangement malsain était connu de tous et - en premier lieu - du gouvernement fédéral qui en était l’instigateur et l’architecte. Quand, ce beau matin du 15 septembre 2008, Lehman Brothers fait faillite, c’est cette première fissure de l’édifice qui entraîne une panique bancaire mondiale et la récession qui suivra. Depuis, la Fed a injecté des milliards de dollars pour recapitaliser l’industrie bancaire, le FDIC a sauvé 336 banques à l’heure où j’écris ces lignes et le gouvernement fédéral à dûment sauvé toutes les autres firmes de Wall Street en difficulté.

---
[1] par exemple...
[2] dans son Lombard Street.
[3] Autrefois le “Greenspan put”, du nom de son prédécesseur.
[4] “Bank Executive Compensation And Capital Requirements Reform” de Sanjai Bhagat et Brian Bolton

Commentaires

  1. La dinde de noel est très heureuse et insouciante : chaque jour que dieu fait le fermier lui apporte de la nourriture en abondance... et elle se dit quel plaisir de vivre ainsi, ce sera toujours ainsi parce que cela a toujours été ainsi...
    Le jour où le fermier vient la chercher peu avant noel est si rapide qu'il est même oublié...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Culture et détente

Cher Monsieur Dubouchon [1],Ainsi donc, vous appelez Lacordaire à la rescousse en me rappelant qu’« entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c'est la liberté qui opprime, et la loi qui affranchit. »Au risque de vous surprendre et de vous déplaire encore un peu plus : vous n’êtes pas le premier. Cette citation du Révérend-Père, voilà des années que tout ce que la toile compte d’antilibéraux primaires nous la sert, dans sa forme longue, dans sa forme abrégée ou dans une forme plus ou moins modifiée selon les circonstances. À titre personnel, elle m’a été jetée au visage par des communistes hilares, par des socialistes révolutionnaires, par des sociaux-démocrates inquiets, par des conservateurs en un seul mot, par des souverainistes indignés, par des nationaux-socialistes hésitants et même par un catholique décroissant.Je ne sais pas vraiment où vous classer dans cet inventaire – nous nous connaissons si peu – mais vous m’avez suffisam…

Comment j’ai déprogrammé l’obsolescence

C’est arrivé ce matin. Notre lave-vaisselle familial, que nous avions programmé pour tourner la nuit dernière, n’avait pas fonctionné. Mon épouse, étonnée par cette inhabituelle défaillance, a essayé de le relancer : rien à faire, le bestiau ne fonctionnait plus. Dépités, nous convînmes donc, ma dulcinée et moi-même, qu’il était temps de lui trouver un remplaçant. Cette fois ci, nous disions nous pas plus tard que ce matin, nous n’achèterons pas la première camelote venue à 300 euros : rendez-vous fût pris en début de soirée pour faire l’acquisition d’une bête de course qui, nous l’espérions, durerait vingt ans, comme celle de belle-maman.Dans les entrailles de la bêteMais la journée avançant, cette histoire ne sortait pas de ma tête. Le lave-vaisselle en question, nous l’avions tout de même acheté il y a à peine plus de trois ans : ce n’est pas Dieu possible que ce machin, même s’il ne nous avait objectivement pas coûté grand-chose, nous lâche aussi vite. Si ça se trouve, me disais-j…