Accéder au contenu principal

Avis de tempête en Chine

Il est de plus en plus évident que la politique monétaire de la People’s Bank of China (PBoC) a, elle aussi, créé une gigantesque bulle immobilière.

D’après l’Asia Times, le prix du mètre carré à Pékin atteint désormais 26 000 yuans (€ 3 036, l’équivalent d’une ville comme Lyon !) alors que le revenu mensuel moyen est de 2 000 yuans (€ 233.5).

Une étude récente de la Chinese Academy of Social Sciences (CASS) conclue que 85% des ménages urbains ne peuvent pas se payer un appartement.

Yi Xianrong, un économiste de la Chinese Academy of Social Sciences a estimé – en se basant sur les relevés des compteurs d’électricité – que 64.5 millions de maisons et appartements sont inoccupés dans les zones urbaines chinoises. Nous allons vraisemblablement assister en 2011 à une « crise des subprime » version chinoise (le sarcasme est volontaire).

La PBoC à augmenté le taux des réserves obligatoire pas moins de 7 fois au cours des 12 derniers mois et à revu les taux à la hausse 2 fois depuis octobre. Le gouvernement cherche maintenant à contenir la croissance du crédit en limitant le volume de crédit autorisé en 2011 à 7.5 trillions de yuans.

A la lumière des versions américaines et européennes, on peut légitimement s’intéresser à l’état du système bancaire chinois d’autant plus que les plus grosses banques chinoises – le big four – sont toutes détenues en majorité par le gouvernement de République Populaire de Chine (via la Central Huijin Investment et/ou le ministère des finances). Bank of China est publique à 68%, la Industrial and Commercial Bank of China à 71%, la China Construction Bank à 60% et la Agricultural Bank of China à 81%. Dans le cas de la Chine, la garantie gouvernementale n’est pas implicite mais tout ce qu’il y a de plus explicite.

La dette publique réelle de la Chine est une des grandes inconnues de l’équation chinoise. Officiellement de l’ordre de 17.5% du PIB, il est probable qu’elle se situe en réalité quelque part entre 50% et 80% du PIB si l’on réintègre notamment les passifs des gouvernements locaux. Dans une interview à Reuters Insider en début d’année, Yin Zhongqing, directeur adjoint du comité économique et financier du congrès chinois, affirmait que les pouvoirs locaux avaient contracté au moins 10 000 milliards de yuans (1.168 milliards d'euros) de dettes cachée semblant ainsi confirmer l’hypothèse optimiste d’une dette publique de l’ordre de 50% du PIB.

Au 30 septembre 2010, le big four détenaient 44 127 milliards de yuans d’actifs, en progression de +13.2% par rapport au 31 décembre 2009. Avec des fonds propres consolidés de 2 501 milliards de yuans, les quatre premières banques de l’empire du milieu fonctionnaient avec un levier de 17.6x et leurs passifs agrégés représentaient quelques 41 626 milliards de yuans (4 860.731 milliards d’euros)… soit 104% du PIB chinois en 2010 (39 798.3 milliards de yuans).

En cas de crise financière et à supposer que Pékin ne viendrait au secours que des banques dans lesquelles le gouvernement et majoritaire (hypothèse pour le moins optimiste), l’endettement réel de l’état chinois pèse 150% du PIB au minimum… Et cette crise aura lieu cette année.

Le temps est à l’orage et Mises va encore avoir raison. Année du lapin, chagrin...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…