Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du janvier, 2012

Aversion au risque

Je vous propose un jeu. Vous avez le choix entre deux possibilités : soit je vous donne 100 euros et nous en restons là, soit nous jouons à pile ou face ; pile, vous gagnez 300 euros ; face, c’est vous qui me devez 100 euros. Que choisissez-vous ?La plupart d’entre nous préfèreront prendre les 100 euros. Interrogez les membres de votre famille, vos voisins, vos amis et vos collègues du bureau et vous constaterez comme moi que l’écrasante majorité de celles et ceux que vous aurez soumis à ce test préfèrent, comme vous, prendre mes 100 euros et en rester là.Réfléchissons comme des scientifiques voulez-vous ? Dans ma seconde proposition, vous avez une chance sur deux de gagner 300 euros et une chance sur deux d’en perdre 100 : ce qui nous, sauf erreur de ma part, fait une espérance de gain de 100 euros [1]. En d’autres termes, si vous pensez comme des scientifiques, vous n’avez aucune raison de préférer si systématiquement ma première proposition. L’une et l’autre sont équivalentes.Et po…

Hold Tight London

Les plus attentifs d’entre vous auront peut être remarqué que je propose régulièrement une petite ambiance musicale sur ce blog. Pour les jours à venir, nous allons rester sur la scène électro britannique mais nous quittons Bristol (et les Fuck Buttons) pour Manchester et ses Chemical Brothers.Vous trouverez donc, en haut, à droite, le Hold Tight London (Feat. Anna Lynne) issu de l’album Push the Button (2005).Je rappelle que ce morceau est issu d’une initiative privée de Tom Rowlands et Ed Simons. Il a été composé pour faire partie d’un album commercial que des millions d’individus ont accepté librement d’échanger contre le fruit de leur travail. La production de cet album n’a pas été décidée ni financée par le Department for Culture, Media and Sport (DCMS) britannique.Précédemment dans la même rubrique :
Gallows - Orchestra of Wolves (punk-rock, UK)
Fuck Buttons – Sweet Love For Planet Earth (électro, UK)

Hollande, la nouvelle aristocratie et moi

Lors de son meeting au Bourget, entre une attaque contre la vilaine finance et une relecture marxiste de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, François Hollande a condamné la « nouvelle aristocratie » des Français situés parmi le 1% des plus hauts revenus. Monsieur Hollande veut jouer à ce petit jeu ? Fort bien : je relève le gant. Selon le site de l’Assemblée Nationale, François Hollande perçoit au titre de son mandat de député de la première circonscription de la Corrèze une indemnité parlementaire de 7 100,15 euros bruts par mois. A ce montant se rajoutent 2 757,34 euros bruts au titre de son mandat de président du conseil général de la Corrèze [1]. Ce qui porte donc la rémunération de Monsieur Hollande à 9 857,49 bruts par mois.Par ailleurs, afin de faire face aux dépenses liées à l’exercice de ses fonctions de député, Monsieur Hollande bénéficie d’une indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) de 6 412 euros bruts par mois. Étant donné que l’Assemblée Nation…

Bastiat : « Il faut reprivatiser la Sécurité Sociale ! »

(Une interview réalisée par Georges Kaplan le 23 janvier 2012)Georges Kaplan : Monsieur Bastiat, bonjour et merci de nous accorder quelques minutes dans votre emploi du temps qui, je le devine, doit être assez chargé ces jours-ci.Frédéric Bastiat : Mais je vous en prie !GK : Vous venez donc d’annoncer votre candidature aux élections présidentielles de 2012 afin d’y représenter les idées libérales et le moins que l’on puisse dire c’est que, dans le paysage politique actuel, votre programme dénote.FB : C’est en effet ce que j’ai cru comprendre.GK : Vous suiviez l’actualité politique française de là haut ?FB : Oui, sur mon iPad.GK : Vous avez des iPad ?FB : Oui mais c’est récent. Nous suivons la technologie de ce bas monde avec un léger décalage : autant vous dire que l’arrivée récente de Steve n’a pas fait que des malheureux !GK : Oui, j’imagine. Sauf peut être Karl Marx ?FB : (rire) Oh, vous savez il a bien changé Karl. De son vivant il disait déjà qu’il n’était pas marxiste ; aujourd’…

Bastiat 2012

Disons les choses telles qu'elles sont : en 2012, on a le choix entre la peste, le choléra, le typhus, le scorbut et la malaria.Alors, plutôt que de pleurer, on va voter pour Frédéric Bastiat.Oui, je sais, il est mort depuis un siècle et demi mais il ne fera pas pire que les autres. Il fera même sans doute mieux !#Bastiat2012
bastiat2012.fr

#WikipediaBlackout

La version anglaise de Wikipedia sera inaccessible pendant 24 heures à compter du 18 janvier 2012 à minuit (heure de NY).L’encyclopédie en ligne entend ainsi protester contre deux législations étasuniennes (SOPA et SOPA) au travers desquelles le gouvernement fédéral, sous prétexte de « stopper le pirate en ligne » et de « protéger la propriété intellectuelle », est en train mettre en coupe réglée le dernier espace de liberté d’expression qui reste à notre disposition. Il va de soi qu’Ordre Spontané soutient sans réserve ce black-out.Si votre gouvernement cherche à contrôler internet, c’est que l’heure est venue de reprendre le contrôle de votre gouvernement.Plus d’information ici.

Héros et Villains

Pour créer et exploiter un réseau de téléphones mobiles, il vous faut une gamme de fréquences du spectre électromagnétique qui se trouve être un bien public ; c’est-à-dire qu’il appartient à la communauté des citoyens français et que c’est l’État qui le gère en notre nom. Lorsqu’il s’est agit, au début des années 2000, d’attribuer des licences d’exploitation [1] de ce spectre à des opérateurs de téléphonie mobile, les États étaient confronté à un problème économique assez classique que l’on peut résumer en ces termes : le nombre de licences possibles étant limité par la nature [2], si les licences ne sont pas assez chères, il y aura pléthore de candidats et on ne saura pas comment discriminer entre eux. En revanche, si elles sont trop chères, toutes les licences possibles ne trouveront pas preneur et l’on risque de se retrouver avec un monopole ou un oligopole.Dans la plupart des pays, le choix fût fait d’utiliser un mécanisme de marché vieux comme le monde pour régler le problème : o…

AAArgh !

Ça y est, c’est fait : Standard & Poor’s vient donc de dégrader la note souveraine de la France d’un cran : de AAA à AA+. On ne peut pas vraiment dire que ce soit une surprise : depuis 1975 et le plan de relance budgétaire infructueux de Jacques Chirac, aucun des gouvernements qui ont présidé aux destinés de notre pays n’a voté un seul budget à l’équilibre. Les dettes, logiquement, se sont donc accumulées de telle sorte qu’à la fin du 3ème trimestre 2011, la dette publique française [1] atteignait 1,7 trillions [2] d’euros – soit 85,3% du PIB.Si la perte de ce fameux triple A peut avoir une vertu, c’est bien celle de nous rappeler à nous, citoyens et contribuables français à quelques réalités. Le fait est que nous nous sommes considérablement endettés pour la simple et mauvaise raison que nous avons demandé à nos gouvernements de dépenser plus qu’ils ne prélevaient d’impôts. Nous avons fait preuve, pendant 37 années consécutives, d’une irresponsabilité digne d’enfants de moins de …

Xavier Niel risque t’il de ruiner la France ?

Une brève de Paul Loubière sur Challenges.fr :En grande fanfare, Xavier Niel, le patron de Free, a annoncé qu’il divisait par deux les prix du mobile. S’il dit vrai, c’est une révolution. Mais une révolution déclenche parfois des dégâts collatéraux. En l’espèce, c’est l’Etat qui risque de payer des pots cassés. « Le manque à gagner sera de plusieurs milliards pour l’Etat français, affirme un concurrent, tous les opérateurs vont être obligés de s’aligner sur les tarifs de Free Mobile. Cela entraînera une baisse du chiffre d’affaires et des bénéfices. » Selon l’Arcep, le chiffre d’affaires global du mobile était de 20,9 milliards d’euros en 2010. En 2011, les seuls appels ont représenté environ 14 milliards d’euros dont 2,6 milliards de TVA. Si les tarifs baissent effectivement de moitié, le manque à gagner lié aux taxes indirectes sera donc d’environ 1,3 milliard pour l’Etat. La baisse des marges liée à l’irruption de Free Mobile coûtera aussi cher au contribuable en raison d’un recul …

AAArg !

Une source gouvernementale et anonyme affirme que Standard & Poor's dégradera la note souveraine française aujourd'hui. Nous allons donc perdre ce AAA auquel plus personne ne crois depuis des mois.À cent jours des présidentielles qui concluront la campagne la plus calamiteuse de la Vème république, je vous fiche mon billet que les fronts vont encore gagner quelques points dans les sondages.

Une introduction à la liberté

Et merci à Benoît pour la traduction !

Le paradis est-il à Saint-Nazaire ?

L’Observatoire des inégalités a publié récemment un palmarès des villes françaises les plus inégalitaires où on apprend – entre autres – que Neuilly-sur-Seine est la grande ville [1] la plus affreusement inégalitaire de France tandis que Saint-Nazaire est un petit paradis égalitariste.Avant d’entrer dans le vif du sujet, quelques petites précisions s’imposent. Les « revenus » dont il est question dans cette étude ce sont les revenus fiscaux des ménages par unité de consommation en 2009 et selon l’Insee [2]. C'est-à-dire l’ensemble des revenus perçus par une famille (salaires, allocations chômage, pensions, retraites, bénéfices et autres revenus du patrimoine) avant impôt et avant prestations sociales divisé par le nombre d’« unités de consommation » qui composent ce ménage [3]. Dès lors, amis lecteurs, vous imaginez bien que (i) notre fiscalité redistributive modifie considérablement ces résultats (en imposant les riches neuilléens pour mieux redistribuer aux pauvres nazairiens) e…

La Fed est un faux monnayeur légal

Au dernier pointage, la Fed détient USD 1,7 trillions [1] de bons du Trésor américains – soit près de 64% du portefeuille de la Fed ($2,6 trillions), 17% des titres de créances émis par le Trésor US ($9,9 trillions) et près de 16% de la dette publique américaine ($10,5 trillions [2]). La banque centrale américaine est ainsi le premier créancier de son propre gouvernement.Bien sûr, ce n’est pas parce que ces obligations sont détenues par la Fed que le gouvernement des États-Unis ne paie pas d’intérêts. Comme dans la plupart des pays civilisés, le U.S. Department of the Treasury n’a pas le droit de venir se financer directement auprès de sa banque centrale. Le portefeuille de la Fed ne résulte donc pas d’achats d’obligations d’État sur le marché primaire mais de ses opérations dites d’open market ; c'est-à-dire de ses achats d’obligations sur le marché secondaire qui lui permettent de piloter la liquidité disponible sur le marché interbancaire et donc le niveau des taux à court term…

La montagne de cash

Plus je discute avec des gens dont tout laisse à supposer qu’ils connaissent ces petites choses parfaitement, plus je réalise qu’il n’en est rien. J’en conclue donc qu’un petit point sur les ordres de grandeur de la politique de la Federal Reserve des États-Unis ces 3 dernières années n’est pas inutile.Depuis début septembre 2008, la Fed a crée deux fois plus de dollars qu’elle n’en avait crée depuis sa fondation en 1913. D’environ 851 milliards de dollars juste avant la faillite de Lehman Brothers, la base monétaire (M0) étasunienne frôle désormais les 2 600 milliards de dollars. Ce petit graphique illustre assez bien l’ampleur du mouvement (en milliards de dollars US) :